TFC 4-1 Sochaux : Le roi Healey a frappé, j'y étais pour vous

Publié le 21 novembre 2021 à 23:00 par Cédric Polizzi

Par Cédric Polizzi,

Il est 13h15 quand j’arrive au Stadium, et la hype est présente : depuis la bodega, on aperçoit une partie du tifo des Indians Tolosa, le soleil est présent, il fait beau et bon.
Samuel et Victor arrivent, et on se prend de quoi boire un coup. Certains nous rejoignent et nous interpellent en nous saluant "Salut les Violets". Un régal. En plus, je croise les copains de la TSM, dont ma marraine que j’ai réussi à convaincre pour venir aujourd’hui.

On se décide à aller en virage vers 14h30. Les bâches retirées, le kop est bien plus conséquent, et la tribune Brice Taton se remplit fortement. La pression monte, j’ai l’impression on joue un match de Ligue des Champions, mais non, c’est une rencontre de Ligue 2 en plein mois de novembre.

Les joueurs rentrent sur la pelouse sous le magnifique tifo des Indians. Nous on est sous ce dernier, et les chants résonnent à travers les rangs du virage, faisant écho dans tout le Stadium. Honnêtement, tous les astres étaient alignés pour qu’on passe une belle après-midi.

Les vingt premières minutes sont plutôt calmes, avec très peu d’incursions franches des deux côtés. Finalement, la première réelle occasion sera la bonne pour notre goleador : van den Boomen récupère le cuir sur une intervention limite, mais correcte. Rhys prend sa chance et ouvre le score. Étant donné que l’on chantait le Se canto avec les écharpes levées, on n’a pas vu le but. Mais ce n’est pas grave, on sait tous ce que ça veut dire … Your defence is terrified, Healey’s on fire ! Un régal. Sochaux reviendra assez rapidement dans la partie sur une erreur de Max’ Dupé, mais qui se rattrapera par la suite, afin d’éviter le deuxième but sochalien. Le virage ne s’arrête pas jusqu’à la pause, et continue de donner de la voix, "Nous nous sommes le TFC, Toulousain notre fierté !". Mi-temps, 1-1.

Lorsque la rencontre reprend, le TFC passe en 4-3-3. Avec l’entrée d’Ado à la place de Mvoué, Bibiche repasse dans l’axe. Le changement est payant : Ngoumou fait mal sur son aile, et vient défier son vis-à-vis, frappe contrée, Healey reprend de la tête victorieusement. 2-1. Le schéma se reproduit seulement six minutes après, sauf que cette fois, Healey la reprend en reprise de volée. 3-1. Le virage explose. Et lorsque "King Rhys" reprendra je ne sais comment le coup franc de van den Boomen pour l’envoyer en lucarne, on est tous les mains sur la tête. Et nous revoilà à chanter pour la quinzième fois à sa gloire aujourd’hui. Fantastique. On vous avait prévenu qu’il fallait venir, quelle après-midi incroyable on a passé ! Ce Stadium. Ce virage à l'unisson. Cela faisait combien de temps que l'on n'avait pas vu ça ? Cette ville, ce peuple, cette équipe, ce match... Vous vouliez quoi de plus ?

La prise micro par Diakité en bas du virage à la fin de la rencontre sera comme symbole. Celui d'un message fort. Celui d’un peuple fier de sa ville. Celui d’un club soudé avec ses supporters. Quand nous avançons ensemble, cela donne ce résultat. Merci le football, merci les Indians, merci Toulouse !

Nos derniers articles