TFC 4-0 ASNL : Un tarif maison avec une samba de Ratao, et j'y étais pour vous !

Publié le 20 janvier 2022 à 16:00 par Cédric Polizzi

Avant de parler du match, j’aimerais juste parler des conditions d’entrées au sein du Stadium : les stadiers refusent à plusieurs centaines de supporters l’entrée à différentes portes pour rapatrier tout le monde vers les portes 15, 16 et 17. Ça n’a aucun sens, surtout en cette période, où nous sommes tous dans la même tribune à cause des jauges liées au Covid.

Bref, on s’installe avec Samuel en haut du kop qui a fière allure malgré la jauge. Les premières minutes montrent un schéma que l’on a l’habitude de voir depuis plusieurs semaines : Toulouse prend les initiatives, l’adversaire se place en bloc bas et attend les possibilités en contre. Le TFC a du mal à trouver la faille en ce début de mi-temps. On trouve l’équipe un peu trop statique devant, ce qui nous empêche de trouver des décalages. Les Indians le sentent et trouvent que c’est le bon moment pour s’exprimer. Alexandre Roux, capo des IT s’exprime : "c’est dans ces moments-là qu’il faut qu’on soit là pour eux, dans la difficulté". Poussée par une partie de sa tribune, la tribune Sud se lève et reprend à l’unisson un "Nous nous sommes le TFC !" retentissant. Comme un symbole de cette union, Basila est pris de vitesse par Healey et récolte un carton rouge. Le tournant du match.

En cinq minutes, les Nancéiens sont réduits à 10 et vont encaisser deux buts. Le premier par Ado sur une somptueuse ouverture de Stijn Spierings. Le second sur une frappe de Genreau. Le public apprécie et scande le nom de ses deux héros coups sur coups. Petite parenthèse sur l’ambiance : quand la tribune Sud répond quand on les sollicite ça fait vraiment plaisir, et ça a un réel impact sur l’équipe. Peut-être que le fait d’avoir déplacé les habitués du virage Brice ici servira à l’avenir, qui sait ! Après quelques frayeurs au pied pour notre Capitaine Max’ Dupé, c’est la mi-temps ! Tout n’est pas parfait, mais c’est bien mieux que samedi dernier face à Pau.

Du côté de Philippe Montanier, on pense déjà au déplacement en Corse en réalisant des changements tout au long de la seconde période, à commencer par Ado remplacé par Ratao. Les Nancéiens n’ont pas froid aux yeux et vont venir jouer très haut sur ces premières minutes. Mais qui dit jeu haut, dit forcément espaces à l’arrière. Il y a des boulevards qui sont laissés aux Violets, et nos protégés ont l’occasion de scorer à plusieurs reprises, par Ngoumou, par Healey, ou encore Ratao, mais ça ne passe pas. Ça ne passe pas, jusqu’à une nouvelle galette-saucisse de Branco van den Boomen qui, en voulant centrer, va placer son ballon dans le soupirail droit de Trott. Un et deux et trois zéro ! Le public apprécie et chante pour son Néerlandais "Branco ! Branco !" et lui réalisera une standing ovation à sa sortie, au détriment de Naatan Skyttä.Ce dernier a d'ailleurs l'occasion d'ouvrir son compteur mais a fracassé la barre transversale. Sanna, Diarra et Begraoui remplacent Desler (très très bon encore), Rouault (très bon lui aussi) et Healey, un peu en dedans ce soir.

Nancy a totalement baissé les bras, et Ratao, après plusieurs opportunités, s’en va inscrire le quatrième but. La Samba do Ratao devant le kop est délicieuse, et même Chris Marques l’a vu via nos réseaux sociaux. Régalade ce genre de célébration. La communion des joueurs avec le public fera vraiment du bien après plusieurs jours compliqués.

La marche en avant est remise, et le déplacement à Bastia sera tout aussi important ! La course au Top 2 s’annonce acharnée, mais nous ne sommes qu’au début de celle-ci. Match après match, semaine après semaine, ensemble. Forza Viola !

Nos derniers articles