logo lesviolets.com
croix occitane
logo lesviolets.com
Aboukhlal : “Je savais qu’il y avait un risque de signer au TFC”
Dupé, Zandén, le milieu, le Virage Brice… le conseil de classe de la première partie de saison du TFC
©Lempens Studio

Après 15 matchs de championnat, l’heure est au bilan pour le TFC. Auteur d’un début de saison prometteur, Toulouse est ensuite rentré dans le rang, enchaînant 4 défaites en 5 matchs entre fin août et fin septembre. Puis, les Violets se sont repris avec une série de 4 matchs sans défaite, avant de connaître de nouveau un coup de mou avant la trêve (défaites contre Lens, Monaco et Rennes). Alors, qui a préformé ? Qui, au contraire, est en difficulté ? La rédaction du site LesViolets.Com vous propose son conseil de classe de la première partie de saison du TFC.

Félicitations du conseil de classe

Au rayon des grandes satisfactions de ces 15 premiers matchs figure d’abord Maxime Dupé. Extrêmement sollicité, le portier toulousain, souvent décrié la saison passée, a sorti une première partie de saison assez exceptionnelle. Il est le deuxième gardien de Ligue 1 qui effectue le plus d’arrêts (56), derrière Nübel (57). Quelques prestations époustouflantes aussi, comme contre Paris (9 arrêts, record en Ligue 1), ou plus récemment devant Monaco et à Rennes.

L’autre bonne surprise de ce début de saison s’appelle Issiaga Sylla. Le Guinéen, dont certains demandaient le départ cet été, n’a jamais déçu. Sans être flamboyant, il impressionne par sa régularité, autant derrière que devant. C’est désormais une valeur sûre de l’effectif, incontestée, et Damien Comolli réfléchit même à une prolongation de contrat à son sujet.

Mentionnons aussi (et surtout !) la pépite Farès Chaïbi. Avec 2 buts et 4 passes décisives, il est le Toulousain le plus décisif de la saison à égalité avec Aboukhlal (3 buts, 3 passes décisives). Assez hallucinant pour un joueur qui n’avait encore jamais joué en pro avant cette saison. Son parcours rappelle celui d’un certain Amine Adli, et Chaïbi a maintenant un statut de leader technique à assumer. Il devra porter son club formateur durant la deuxième partie de saison.

Enfin, il semble obligatoire de citer le Virage Brice et, plus largement, le Stadium. Forteresse (quasiment) imprenable la saison dernière en Ligue 2, le Stadium est aussi difficile à saisir cette saison. Seuls Paris (0-3) et Monaco (0-2) sont venus s’imposer. Une solidité à domicile qui s’explique aussi par le retour d’un vrai public de foot à Toulouse, et un virage Brice qui a affiché complet à chaque rencontre cette saison. Les hommes de Philippe Montanier le savent, le maintien passera aussi par là !

Encouragements du conseil de classe

Toulouse est en difficulté défensivement, mais, paradoxalement, les individualités sont plutôt en réussite. Moins impressionnants que Maxime Dupé et Issiaga Sylla, Mikkel Desler et la charnière Rouault - Nicolaisen confirment néanmoins qu’ils ont le niveau Ligue 1. Le premier cité a été perturbé par des problèmes physiques, au talon puis aux abdos dernièrement, mais il est un élément indiscutable du onze de Montanier. La charnière centrale, elle, semble impériale dans les duels (notamment aériens), même si elle a plus de mal dans la relance contre les grosses écuries et qu’elle éprouve des difficultés face à des attaquants rapides.

Par ailleurs, le milieu Spierings - Dejaegere - Van den Boomen a fait gagner l’équipe presque à lui tout seul contre Montpellier (4-2) et surtout Angers (3-2), où les trois ont marqué. Par séquences, ce trio affiche un niveau de jeu exceptionnel. Mais il montre aussi des difficultés lorsque l’intensité s’élève, et que Toulouse a moins le ballon. Le ratissage de Spierings, le jeu long et les passes clés de Van den Boomen et la grinta de Dejaegere se sont cependant souvent avérés précieux. Leur complémentarité est aussi une vraie satisfaction.

Encourageons aussi le jeune Kévin Keben, qui, sans faire de bruit, réalise des prestations très correctes en doublure de Desler, tout comme Moussa Diarra, qui a su dépanner dans l’axe, sur le côté, mais aussi en 6 quand il le fallait. Le Malien progresse.

Enfin, devant, Zakaria Aboukhlal et Rafael Ratao réalisent une première partie de saison plutôt réussie statistiquement, même s’ils sont capables de bien mieux. Mais les deux ailiers ont ramené des points au TFC et continueront assurément d’en ramener en 2023.

Avertissements du conseil de classe

Thijs Dallinga a inscrit 3 buts après 15 matchs de championnat. C’est trop peu pour un attaquant recruté contre 2,5 millions d’euros et qui reste sur 36 buts la saison passée à Rotterdam. Le Néerlandais le sait, il devra faire beaucoup mieux en 2023. Mais il n’est pas la seule recrue à décevoir : Oliver Zandén, arrivé pour concurrencer Sylla, n’a jamais su s’imposer dans l’effectif. Pire, il a montré de très grosses difficultés défensivement notamment contre Reims (1-0). Philippe Montanier l’a même sorti du groupe à plusieurs reprises. Veljko Birmancevic entre aussi dans cette catégorie.

Quant à Ado Onaiwu, Denis Genreau et Yanis Begraoui, ils ont traversé cette première partie de saison tels des fantômes. Plus largement, le banc de Toulouse est le véritable flop de ce début de saison.

Évoquons enfin les performances du TFC à l’extérieur : 4 petits points pris en 7 matchs, une seule victoire (à Troyes, 0-3), c’est trop peu. Toulouse devra rapidement retrouver la victoire en championnat et ça tombe bien, deux déplacements périlleux l’attendent en janvier : à Auxerre puis à Strasbourg.

Et vous, quels sont vos tops et vos flops de ce début de saison ? Exprimez-vous dans l'espace Commentaires au bas de cet article !