logo lesviolets.com
croix occitane
Deux derbys face à Balma et Colomiers pour la réserve et les U19 du TFC, voici le programme du week-end
Damien Comolli : "En sponsoring, nous gagnons plus d'argent en Ligue 2 que quand Toulouse était en Ligue 1"

Damien Comolli a donné une interview sur le site Off The Pitch...

Damien Comolli a donné une interview sur le site Off The Pitch et a expliqué comment les Américains étaient arrivés à Toulouse et a fixé les objectifs à moyen et long terme. Voici ce qu'il faut retenir.

L'arrivée des Américains

"RedBird a étudié environ 70 clubs et en ont visité, je pense, 50 au cours de deux années qui ont précédé notre rachat. Il y avait de nombreuses opportunités d'investir dans le football français car la plupart des clubs étaient ou sont à vendre."

L'objectif à moyen terme

"Les propriétaires étaient là il y a quelques semaines et j'ai dit dans un message à tout le staff : 'nous voulons monter et stabiliser le club dans le top 10 de Ligue 1'. Et j'ajoute généralement à cela que la quatrième plus grande ville de France devrait se situer chaque année entre le top six et le top huit de Ligue 1. C'est donc l'objectif."

Le potentiel de Toulouse

"Nous sommes dans cette situation unique où nous sommes au milieu du sud-ouest de la France. Bordeaux est à 250 kilomètres au nord-ouest d'ici, Montpellier est à 250 kilomètres au sud-est et autour de nous, il n'y a rien. Nous pouvons gagner beaucoup de cette énorme zone de chalandise. Nous avons accès à un grand vivier de joueurs talentueux … et nous pouvons également développer une grande base de fans."

Le développement économique

"Nous gagnons actuellement plus d'argent avec le sponsoring en Ligue 2 que quand Toulouse était en Ligue 1. Le Stadium est le stade du sud-ouest de la France. Il y a 7 millions de passagers qui survolent le stade à destination de l'aéroport de Toulouse chaque année. Donc, nous pourrions avoir les publicités sur le toit du stade. Cela fait partie des choses auxquelles nous pensons pour l'avenir. (...) Nous savons comment produire (les joueurs) et nous savons comment vendre. Mais ce que nous voulons faire, c'est nous éloigner totalement de ce modèle. Nous voulons réduire le besoin que le club a chaque année de vendre des joueurs pour atteindre l'équilibre, ou pour pouvoir réinvestir dans l'équipe. Dans notre planification stratégique, nous disons que lors de la troisième année de Ligue 1, nos revenus en termes de billetterie, commerciaux, merchandising, etc. seront si élevés que nous n'aurons plus besoin de vendre nos meilleurs joueurs du centre de formation ou ceux que nous aurons recruté."