TFC 6-0 Auxerre, j'y étais pour, et c'était mémorable

Publié le 17 octobre 2021 à 08:00 par Cédric Polizzi

Par Cédric Polizzi,

Après un repas avec la famille, c’est le papa et la maman qui m’accompagnent pour ce match au Stadium, alors qu’ils ne sont plus venus depuis très longtemps. Ils ne sont pas prêts du scénario. Avec Samuel et Victor on se fait un InstaLive pour parler avec vous. L’accueil des acteurs se fait par un magnifique tifo et une multitude de drapeaux. Le soleil, le ciel bleu, du beau monde en virage, est-ce qu’il n’y aurait pas tout pour passer une bonne après-midi avec les copains ?

La rencontre débute pied au plancher : Healey s’en va tromper Léon, 1-0, avant que Ratao en cale un deuxième dans le soupirail droit du portier auxerrois. "Tou-lou-sain !" le virage Brice donne de la voix, mais pas assez selon Alexandre Roux. Il n’a pas tort, on peut faire beaucoup mieux que ça. 2-0 au bout de sept minutes, je suis obligé de penser aux déclarations d’avant-match de Mathias Autret. Sur la pelouse ça se chauffe entre Desler et ses adversaires. C’est ça qu’on veut !

Le temps passe, les buts aussi : Steve Mvoué s’offre son premier but d’une frappe sèche et limpide en entrée de surface sur une passe de Ratao, déviée par Sylla. Incroyable. Le virage Est s’emporte, "qui ne saute pas n’est pas toulou-sain" ! Nos joueurs sont injouables cet après-midi, ça joue en passe, on alterne le jeu long, le jeu court… C’est la régalade.
La mi-temps est sifflée par Monsieur Schneider. Durant la pause, on en profite pour voir les copains présents en virage, Victor va acheter une écharpe aux Indians, et moi je me chauffe à me dire que je vais faire le déplacement à Paris.

Quand la seconde mi-temps reprend, personne n’est prêt. C’est joga bonito. La crème de la crème. Fantastique. Incroyable. La talonnade de Rataooooo ! Ce dernier vient communier avec les supporters. Big up au photographe qui a pris LA photo de l’année. 4-0. Nous on est comme des fous, Dugimont, lui, voit rouge après l’attentat sur Desler. Auxerre va devoir terminer à 10. Clairement, le spectacle est aussi bon en virage que sur le terrain, et on chante fort tous ensemble "et tous les week-ends, nous chantons pour Tolosa". Pourtant orphelins de leur capitaine et de Spierings, les Violets sont largement au-dessus de l’événement.

Sur un bon ballon en profondeur, Ngoumou va servir sur un plateau Healey devant la cage de Donovan Léon. 5-0. C’est trop sérieux, c’est magnifique. Les Auxerrois ont abdiqué depuis un moment, Jean-Marc Furlan a la tête des mauvais jours sur son banc de touche derrière ses lunettes de soleil. Les coups de pieds arrêtés se succèdent, van den Boomen va délivrer sa seconde passe décisive de la journée sur la tête de Rasmus Nicolaisen. 6-0, dîtes moi pas qu’c’est pas vrai ! Jeu, set et match.

Hors blague, ces dernières semaines, l’équipe avait manqué de réussite devant. Là, c’est sept frappes cadrées, six buts. Le cauchemar pour Léon, le rêve pour les Violets. La communion entre supporters et joueurs n’en est que plus belle. L’affluence augmente semaines après semaines. On repart du Stadium heureux. Je ne sais pas si l’on se rend bien compte de la performance de l’équipe. Samedi prochain c’est direction Paris pour aller supporter nos couleurs. Forza Viola !

Nos derniers articles