Notre interview de Steven Fortes : "Je ne me sentais pas inférieur aux autres défenseurs"

Publié le 26 janvier 2019 à 16:00 par JB

Cette semaine, Steven Fortes a officiellement été prêté par le TFC à Lens (Ligue 2) sans option d’achat. Le défenseur de 26 ans a répondu à nos questions.

Steven, comment s’est passé ton déménagement à l’autre bout de la France ?
Il fait particulièrement froid ici (sourire). Il a neigé dès que je suis arrivé. J’étais quasiment sûr de partir de Toulouse, donc j’avais quelques cartons déjà faits, mais mon déménagement s’est fait du jour au lendemain.

Comment s’est déroulé ton mercato d’hiver ?
Comme je ne jouais pas à Toulouse, j’ai été contacté par différents clubs. Mon choix s’est porté sur Lens. En Ligue 2, je n’ai eu que Troyes qui s’est aussi montré intéressé. Au Portugal, il y a eu un petit intérêt du Sporting Portugal, mais c’est surtout Rio Ave qui me voulait. Soit j’allais là-bas, soit j’allais à Lens. Les discussions étaient très avancées.

Mickaël Debève, aujourd’hui entraîneur adjoint à Lens, a-t-il joué un rôle dans ta venue ?
Il a appuyé mon dossier pour me faire venir. Je l’ai eu au téléphone. Il ne m’a pas vendu le RCL, car je sais à quoi m’attendre. Il m’a simplement rassuré et m’a dit qu’il comptait sur moi. Quand il était à Toulouse, j’ai toujours eu de bonnes relations avec lui. Même si la situation était compliquée avec le maintien, il n’avait pas hésité à me faire confiance sur deux matchs quand il était coach.

Pourquoi avoir opté pour Lens ?
C’est un super rebond pour moi. L’objectif sera d’avoir le plus de temps de jeu possible et de sortir les meilleures performances afin de faire remonter le club en Ligue 1. Lens cherchait absolument un défenseur central, car ils ont deux blessés sérieux à ce poste. Je n’ai pas eu la garantie d’être titulaire jusqu’à la fin de la saison, mais ils m’ont répété qu’ils comptaient sur moi.

Quand as-tu pris la décision de quitter le TFC ?
Je voulais déjà partir l’été dernier. Rio Ave me voulait déjà. À partir du moment où le coach Casanova a fait jouer JC Todibo, je savais qu’il y avait trop de personnes devant moi avec Kelvin Amian, Christopher Jullien, JC, Stéphane Mbia et je savais qu’ils comptaient recruter un défenseur central à la trêve hivernale. Il fallait que je parte… On a eu un petit entretien lors de la reprise. Le coach était d’accord avec moi sur le fait qu’il fallait que je parte. Je n’étais plus dans ses petits papiers.

Tu es prêté sans option d’achat à Lens. La page toulousaine est-elle définitivement tournée pour toi ?
J’appartiens encore au TFC, jusqu’en 2021. Je ne sais pas ce qui va se passer d’ici cet été. Peut-être qu’à Lens, ça va très bien se passer, qu’on montera et qu’ils me garderont. Peut-être aussi que je retournerai à Toulouse. Il faudra voir si Alain Casanova sera toujours là, si son avis a changé sur moi. Vraiment, je ne sais pas encore ce que je ferai la saison prochaine.

Quel constat fais-tu de tes 18 mois à Toulouse ?
Le bilan est très négatif. Je savais que la première année allait être galère, car je suis arrivé blessé (rupture des ligaments croisés, ndlr). Sur cette seconde saison, ce sont des choix du coach. J’ai été titulaire à seulement deux reprises, dont une fois en Coupe de la Ligue contre Lorient où j’ai été capitaine. Je n’ai pas compris pourquoi il m’avait donné le brassard à ce moment-là… Je n’avais jamais connu une telle situation. Aux entraînements, je ne me sentais pas inférieur aux autres défenseurs. Si je n’ai pas joué, ce sont les choix du coach. C’est pour ça que j’ai pris la décision de partir.

Comment expliques-tu la première partie de saison poussive du TFC ?
Il y a eu des changements durant l’été, un renouveau, et puis ça a rapidement bien joué au football. Il y a eu de l’attente autour de nous. Et il y a eu un coup de moins bien et on a eu du mal à sortir la tête de l’eau. Que s’est-il passé durant cette période ? Je ne trouve pas de réelles réponses à cette question encore aujourd’hui, mais c’est sûr que le TFC a un groupe pour faire beaucoup mieux. Tout ne s’explique pas dans le football…

Comment s’est fait le changement de système, en abandonnant la défense à 4 ?
Petit à petit, on l’a travaillé aux entraînements. Je me rappelle du premier match où nous avons évolué dans ce système, contre Montpellier (0-3). C’était une rencontre entre une équipe qui avait l’habitude d’évoluer à cinq derrière contre nous, qui n’avions pas les automatismes. Depuis, ça a été travaillé et ça va mieux. Le coach sait pourquoi il fait ça.

Comment vois-tu la fin de saison toulousaine ?
J’espère qu’elle sera meilleure que la première partie ! Je la sens bien, car il y a un regain de forme. Il y a vraiment de bons joueurs comme Max-Alain Gradel, très efficace et imprévisible, Manu Garcia, par son touché de balle, et Ibrahim Sangaré, un excellent joueur quand il est en confiance et qui progresse vite. Gen Shoji est très souriant et, malgré la barrière de la langue, il s’est bien intégré. J’espère que ça va le faire pour lui.

Quels joueurs t’ont le plus impressionné au TFC ?
Issa Diop, de par sa maturité avec son jeune âge. Je pourrais aussi citer Alban Lafont.

En interne, Olivier Sadran intervient-il beaucoup auprès de vous, les joueurs ?
Je n’ai jamais eu une discussion seul avec lui. Au total, je l’ai peut-être vu une dizaine de fois en un an et demi. La plupart du temps, c’était à la fin des matchs quand il intervenait, que ce soit en positif ou en négatif. Je me souviens d’une fois où il était vraiment très énervé…

Un dernier mot pour les supporters du TFC ?
Je connais le site LesViolets.Com. Je vous quitte temporairement. On verra de quoi sera fait l’avenir. Mon aventure toulousaine ne s’est pas passée comme prévu. Je n'ai pas pu m’exprimer sur le terrain. J’espère qu’un jour, vous pourrez me voir et me juger à ma juste valeur.

Nos derniers articles