Latéral gauche, Zobo, Serber, Rogel, Gabrielsen, l'interview mercato de Philippe Montanier

Publié le 01 janvier 2022 à 11:00 par JB

Le mercato d'hiver vient d'ouvrir ses portes et va durer jusqu'au 31 janvier. Selon nos informations, Damien Comolli et ses équipes ont travaillé ces dernières semaines sur l'arrivée d'un latéral gauche. En conférence de presse, Philippe Montanier a répondu aux questions sur ce sujet.

Philippe, attendez-vous des recrues ?
"Normalement, rien n'est programmé. Un latéral gauche ? Si vous m'en amenez un... Mais Moussa Diarra progresse à ce poste-là. Le premier recrutement se fait chez nos jeunes. Je me sens costaud avec cet effectif. Citez-moi quelques noms et je vous dirai si je prends ou pas. Mardochee Nzita ? Sincèrement, c'est la première fois que j'entends ce nom (rires), mais j'irai regarder si ça vaut le coup. Je ne suis pas au courant... Le mercato est l'objet de nombreuses rumeurs. Et les rumeurs, c'est comme les lapins, on les laisse courir."

Aimez-vous le mercato hivernal ?
"Les entraîneurs n'aiment pas trop, car ça bouscule les effectifs, surtout dans le sens des départs. On s'aperçoit que quand on veut se renforcer, ce n'est pas simple d'arriver vite et d'être efficace en pleine saison. L'idéale, c'est d'arriver à la préparation... mais ça arrive aussi de moins en moins."

Concernant les départs, certains jeunes peuvent partir ?
"On espère ouvrir la porte pour Stéphane Zobo et Kléri Serber, car leur temps de jeu est restreint ici, comme on l'a fait avec Kalidou Sidibé. C'est un vrai plus pour lui d'être à Quevilly, car il joue, alors que ça aurait été plus difficile ici. On étudiera toutes les propositions pour les jeunes, mais ça ne veut pas non plus dire qu'on les acceptera."

Comptez-vous sur Ruben Gabrielsen et Agustin Rogel, de retour de prêt ?
"Ce sont des joueurs qui reviennent, mais qui sont en instance de transfert. Ils vont arriver au début du mois de janvier sur Toulouse. On verra dans quel état ils sont physiquement, car ils ont arrêté leur championnat depuis un petit moment, et ils sont amenés à partir. Pour un entraîneur, ce n'est jamais très fiable de compter sur des joueurs qui peuvent partir du jour au lendemain. On a déjà quatre défenseurs centraux, ça ferait six joueurs... Ce n'est pas le domaine où nous avons le plus de besoins."

Nos derniers articles