La Lettre du Violet : "C'est aux joueurs que je m'adresse"

Publié le 07 October 2019 à 17:45 par Xavier

La rédaction du site LesViolets.Com souhaite absolument vous donner la parole. Au quotidien, nous vous proposons de publier VOS articles en Une du site : "La Lettre du Violet" est le nom de cette rubrique. Voici une nouvelle lettre, signée Xavier :

Chers amoureux des Violets, je me présente, Xavier, 38 ans, Toulousain de naissance. Je suis le TFC depuis tout petit. Dans les années 80, gamin, mon père m’écrivait les résultats du match du samedi soir sur un papier que je découvrais le lendemain au réveil à côté de mon oreiller. Dans les années 90, j’écoutais notre équipe en direct sur Sud Radio. À 18 ans, permis en poche, je me suis abonné et suivais tous les matchs au Stadium en famille. Plus récemment, BeinSport pour suivre 100% des matchs de mon club. Depuis la fin de Dupraz, je ne regarde quasiment plus aucun match, mais continue de suivre assidûment tous les résultats.

Samedi soir, de retour d’un match de Top 14 à Agen (je reviendrai plus tard sur cette précision qui n’est pas anodine) après une deuxième défaite de rang à domicile en ce jour d’hommage, bien que fatigué et qu’il soit tard, je me décide à vous faire part de mes sentiments. Pourquoi ce samedi soir ? Pour Brice justement. Très humblement.

Match de gala, belle affluence par les temps qui courent, derby de la Garonne (pour ce qu’il en reste), magnifique tifo. Et que vois-je ? But de Bordeaux dès la 1ère minute. Alors, ce soir, je ne vais pas taper sur M.Sadran que je respecte pour son engagement, pour sa réussite professionnelle indéniable, mais, qui comme nous, n’a pour seul tort que d’avoir choisi la mauvaise ville et le mauvais sport.
Je ne veux pas non plus m’en prendre à Casanova, dont le discours est aussi insipide que le jeu proposé et diamétralement opposé à ce qu’il nous propose sur le terrain.

Non, ce soir, c’est aux joueurs que je m’adresse. Surtout aux jeunes issus de la formation toulousaine. Vous rêvez tous ouvertement d’Angleterre ou d’Espagne. Mais pour un Capoue ou un Sissoko - qui bien qu’étant nettement supérieurs aux standards toulousains, sont en train de réussir une carrière honorable pour l’un à Watford et plus qu’honorable pour l’autre à Tottenham – combien de Jullien, de Tabanou ou autres Todibo se sont perdus alors qu’ils se voyaient trop beaux et trop à l’étroit dans le maillot toulousain ? Combien ? Je pourrais vous en citer une trentaine.

Bref, ce maillot, qui pourtant n’est pas si lourd à porter, vu le peu d’ambition affichée, vu l’absence de pression autour du club et la relative bienveillance des supporters, ce maillot, pour la plupart, vous n’êtes pas capables de le défendre.
Porter un maillot de foot, c’est défendre des couleurs, une ville, une région, une histoire.
Brice, je ne le connaissais pas. Il défendait ses couleurs, nos couleurs et il en est mort. Pas dans un accident de voiture en se rendant au stade. Tabasser à mort juste pour la couleur de son maillot.

Alors Messieurs les footballeurs, si aujourd’hui le Stadium se vide, si certains ont comme moi déserté le Stadium pour la ferveur des stades de rugby, quels qu’ils soient, c’est entièrement de votre faute.
Un but à la 1ère minute de jeu, samedi soir, dans ces circonstances. C’est un manque de respect, d’investissement personnel et d’amour-propre.
Vous êtes des sportifs privilégiés, je ne parle pas de salaire, mais de souffrance. Rien de comparable avec la préparation physique d’un cycliste, d’un nageur ou d’un rugbyman.

On dit que Toulouse est une Terre de rugby. C’est faux. Les gens se tournent vers le rugby, car un rugbyman qui rentre sur le terrain ne peut pas tricher, faire semblant, sinon, il est mort. Il est obligé de se sacrifier pour ses couleurs et en échange, il reçoit l’amour de ses supporters. Si vous voulez voir et entendre le Stadium vibrer à nouveau, donnez tout, le public vous le rendra au centuple.
À ce moment-là, le peuple toulousain reviendra, moi le premier, accompagné de mon fils de 9 ans qui mérite de connaitre le Stadium tel qu’il était quand j’avais son âge.

Sportivement.

Vous pouvez nous envoyer votre lettre en utilisant cette page Contact : https://www.lesviolets.com/contact/
Ou par e-mail : alleztfccom@gmail.com

Nos derniers articles