Garande : "On s'est mis en difficulté tout seul, c'est ce qui m'énerve le plus"

Publié le 12 January 2021 à 16:30 par JB

Après le match nul à Caen (2-2), découvrez la conférence de presse de Patrice Garande.

Quel est votre sentiment après ce match ?
Mitigé, parce que nous étions venus pour gagner et d’autre part parce que notre entame de match n’est pas bonne du tout sur le plan défensif. On n’a pas le droit de prendre deux buts sur des ballons longs en profondeur. On s’est mis en difficulté tout seul. C’est l’aspect qui me perturbe et m’énerve le plus. En revanche, mon équipe ne renonce jamais, continue de jouer et en seconde période, nous sommes restés dans le camp adverse. On ne pouvait pas gagner ce match compte tenu de ce que nous avons fait sur le plan défensif, mais par contre, offensivement, nous avons su nous créer beaucoup d’occasions. Je ne suis pas déçu de cet aspect-là. On n’a pas fait n’importe quoi. Nous n’avons pas balancé et nous avons trouvé des solutions, tout en restant vigilants pour gérer les situations de contres. Notre réaction et le contenu après les deux buts m’ont plu.

Le but de Bafodé Diakité, il change tout…
Il nous fait plus que du bien ! Il change même mon discours à la mi-temps. Il est magnifique et il traduit l’état d’esprit de mes joueurs. Je le dis depuis un moment, ils ont cette faculté d’avoir toujours envie de gagner, d’aller de l’avant. Je ne peux faire aucun reproche à l’équipe sur ce plan. Le regret que j’ai, c’est qu’on se soit mis dans cette situation. Quand je vais revoir nos deux buts encaissés, mes yeux vont piquer.

Avez-vous senti vos joueurs avoir la force nécessaire pour aller inscrire le troisième ?
Ils ont essayé. J’ai senti qu’ils avaient tout le temps cette volonté-là. J’ai hésité à changer de système sur les cinq dernières minutes, car Pascal (Dupraz) est passé à 5 derrière.

Comment analysez-vous vos deux buts encaissés ?
Le premier, nous sommes à plat, sans anticiper dans la profondeur. Et le deuxième, je ne comprends même pas comment on n’a pas sorti le ballon. On est en avance sur le joueur adverse. C’est comme ça, j’espère que ça n’arrivera plus… Nous n’avions pas encore fait ce genre d’erreur.

Un mot sur la prestation de Sébastien Dewaest ?
Il fallait bien le mettre un jour. Ruben (Gabrielsen) est blessé. J’ai fait ce choix, car il m’avait montré qu’il était prêt sur le plan physique. Il faut qu’il apprenne aussi à connaître ses partenaires. Dans l’ensemble, il a fait plutôt un bon match, mis à part cette situation dans la profondeur. Quand il sera bien intégré, avec sa grande expérience, il va beaucoup nous apporter.

Quel est votre bilan de la première partie de saison qui vient de s’achever ?
36 points après la phase aller, c’est très bien, j’aurais signé pour ça surtout après les deux premiers matchs. Ce n’est que la fin de la phase aller, le chemin est encore long. Il faudra reprendre beaucoup de points et plusieurs équipes peuvent prétendre à jouer le top 5. Tout le monde veut y être. Tous les matchs vont être acharnés et ça va se jouer jusqu’à la dernière journée à mon avis.

Qu’avez-vous ressenti avec ce retour à Caen ?
Je ne me suis pas trompé de vestiaire en arrivant. Entre le Covid-19 et l’absence de public, j’avoue que ça ne m’a pas fait grand-chose. Le côté émotionnel, c’était surtout les quelques personnes que j’aime et que j’ai pu revoir, notamment mon ancien président. Le foot d’aujourd’hui, il n’y a pas d’émotions."

Nos derniers articles