Coaching perdant

Publié le 03 novembre 2019 à 00:00 par JB

Depuis son arrivée au TFC, Antoine Kombouaré a ravivé une petite flamme dans le coeur des supporters. Les Toulousains attaquent, marquent (deux buts par match) et ont même évité une énième élimination en Coupe de la Ligue contre un club de Ligue 2. Le nouveau coach du Tèf a réussi à installer un 4-4-2 séduisant, qui colle aux qualités de l’effectif et ses premiers choix étaient payants. Contre Lille, Sanogo entre et marque. À Rennes, Sangaré, transparent, est sorti avant même la demi-heure de jeu. Boisgard en profite pour réaliser son meilleur match sous le maillot violet.

Mais ce samedi, Kombouaré est passé au travers. Pourquoi avoir sorti Dossevi, en pleine forme ? Makengo était-il l’homme idoine pour prendre la place de l’ancien messin alors que Boisgard était prêt ? Leya Iseka a-t-il actuellement le niveau nécessaire pour entrer dès l’heure de jeu à la place de Sanogo ? Certains hommes, comme Vainqueur (qui marche sur le but) ou Koné, ont montré des signes de fatigue en fin de partie. Kombouaré n’a pourtant pas utilisé son troisième changement.

Après la rencontre, le coach toulousain a expliqué qu’il fallait, parfois, “savoir se contenter du match nul” et qu’il souhaitait que son équipe “trouve un équilibre entre attaquer et ne pas s’exposer.” Kombouaré doit, lui aussi, apprendre de ses erreurs et vite comprendre qu’au TFC, depuis des lustres, certains hommes continuent de jouer grâce à leur “statut”. Ça doit cesser.

Nos derniers articles