VAFC 1-3 TFC : Au Nord, c'était les champions ?

Publié le 14 février 2022 à 17:20 par Samuel Cadène

A-t-on vu le meilleur TFC depuis le début de la saison en Ligue 2 au stade du Hainaut samedi après-midi ? Que ça soit dans le jeu ou dans la maîtrise collective affichée tout au long de la rencontre, peu de doutes persistent. Ce TFC-là est taillé pour la première place.

Ils ont été tout simplement irrésistibles samedi après-midi. Les joueurs du TFC ont-ils enfin montré toute l'étendue de leur potentiel face à un adversaire certes faible, mais dont le stade avait, depuis des années, des allures de forteresse quasi-imprenable. Là réside toute la question. Et pour être sincère, il ne nous semble pas avoir autant pris de plaisir à voir évoluer les Violets de Montanier cette saison qu'au Hainaut samedi. Même lors du TFC-Auxerre conclu par un historique 6-0, même lors du TFC-Sochaux marqué par le quadruplé de Rhys Healey. Dans le Nord de la France, les partenaires d'Anthony Rouault ont eu la mainmise sur le jeu. 

Lors du match TFC-Dijon (4-1), la récurrence des attaques passant par l'aile droite de Nathan Ngoumou avait été trop simple à lire pour l'adversaire, bien replié en début de partie. A Valenciennes, le TFC a multiplié les mouvements de classe, le jeu direct, les remises en une et les appels bien sentis dans la profondeur pour trouver la clé d'un succès qui s'est finalement forgée, comme bien souvent cette saison, sur coup de pied arrêté.

Défensivement, Bafodé Diakité prend de l'épaisseur à gauche dans un poste où rappelons-le, il ne fait que dépanner. N'hésitant plus à centrer du gauche, le pitchoun redonne vie à un couloir qui en manquait depuis le départ de Sylla à la CAN. Et que dire de la charnière centrale. Comme l'on pouvait s'en douter, le retour depuis quelques matchs d'Anthony Rouault à consolidé l'édifice de façon assez impressionnante. L'entente "d'Air Rouault" avec Nicolaisen est indéniable, et le Danois lui aussi ne déçoit pas.

Seul bémol, la défense cède encore une fois

On ne s'attarde même plus à parler de Branco van den Boomen qui prouve chaque journée un peu plus qu'il est de loin le meilleur joueur de ce championnat. On a vu du mieux dans le jeu de Genreau, et du moins bien dans celui de Speirings, qui doit faire mieux au marquage de Bonnet sur la réduction du score des locaux.

Offensivement, enlevez Healey, mettez Ratao, Ado ou qui vous voulez devant, et vous ne verrez presque aucune différence. Les deux recrues estivales s'acclimatent de jour en jour, et ça se voit sur leur rendement sur le pré. Mention spéciale à Ratao qui, lorsqu'il est dans cet état de forme, prouve qu'il est vraiment un joueur à part.

Seule ombre au tableau, sur les six derniers matches du TFC toutes compétitions confondues, Maxime Dupé (ou Pettersson en Coupe) sont allés quatre fois dans leurs filets pour chercher le cuir. Hormis ce problème, qui semble résulter comme samedi plus d'un problème de concentration sur la durée entière d'un match que d'un réel défaut défensif, le TFC semble armé pour aller chercher le titre.

Avec une moyenne de 2 points par match depuis le début de la saison, et la réception à venir (début avril) du Paris FC, second à un point, ce TFC fait désormais figure de prétendant majeur au titre. Même si personne ne crachera sur la deuxième place en fin de saison synonyme d'accession directe, les ambitions d'un club éliminé de la Coupe et qui n'a plus que ça à jouer doivent être celles-ci. Les supporters sauront vous le rendre au centuple.

Nos derniers articles