Tout ce qu'il faut savoir dans le dossier Jean-Clair Todibo

Publié le 09 novembre 2018 à 00:00 par JB

Le dossier Jean-Clair Todibo est venu animer la journée de jeudi. Le TFC a confirmé notre information, diffusée mercredi soir, en officialisant sa mise à l'écart. Voici le point sur les négociations.

Le TFC a raté le coche

Repéré en 2016 au FC Les Lilas en région parisienne, le TFC a immédiatement intégré Todibo à son centre de formation avec le statut du "nouveau Etienne Capoue" (lire notre article ci-dessous). Très vite, le milieu de terrain a été promu capitaine des U19 et a pu taper à la porte de l'équipe réserve, malgré quelques doutes de Denis Zanko, directeur technique du centre et coach de l'équipe B du Tèf, autour de son potentiel. C'est pour cela que la direction du club ne lui a proposé aucun contrat professionnel en fin de saison dernière. En juin, Todibo aurait pourtant accepté sans broncher de s'engager pour trois ans avec un salaire minimum.

Au cœur de l'été, le TFC n'est jamais parvenu à recruter le successeur d'Issa Diop. Et après un naufrage à Marseille (4-0), Alain Casanova décide de lancer Todibo lors du derby de la Garonne, avec le succès que l'on connaît. JC enchaîne les prestations de qualité, malgré une expulsion à Guingamp, et s'impose même comme le défenseur le plus régulier de l'effectif. Problème : Todibo ne possède qu'un contrat de stagiaire, et la direction du club patiente jusqu'à fin septembre pour organiser une première réunion et entamer des discussions pour un premier contrat professionnel.

Avantage JC

Olivier Sadran et Jean-François Soucasse formulent alors une première offre aux alentours du 10 octobre, jugée comme "sans précédent dans l’histoire du Toulouse Football Club." Sauf qu'entre-temps, des clubs du vieux continent sont venus observer Todibo et près d'une quarantaine se montrent intéressés, de formations très huppées jouant l'Europe à des équipes plus modestes. Le joueur et ses représentants demandent du temps au club pour étudier toutes les propositions. Près d'un mois plus tard, le Tèf voit le dossier lui échapper des mains et a donc décidé d'écarter Todibo du groupe professionnel depuis lundi. Cette sanction sera effective tant qu'une décision officielle n'aura pas été donnée par le concerné. En l'exposant en Ligue 1, le TFC a fait grimper sa valeur et l'a placé en position de force pour décider de son avenir.

Todibo explique en coulisse qu'il souhaite opter pour le meilleur projet sportif et n'a absolument pas repoussé l'offre du TFC, jugée, d'ailleurs, très correcte financièrement. Sa réflexion est toujours en cours. Au mieux, Todibo finira par l'accepter et sera réintégré au groupe. Au pire, il restera terminer son contrat de stagiaire à Toulouse jusqu'en juin et partira librement dans un nouveau club la saison prochaine. Au milieu, une porte de sortie pourrait être trouvée en janvier lors du mercato hivernal. Si JC choisit d'évoluer sous de nouvelles couleurs, des discussions pourront alors avoir lieu pour indemniser le TFC et le libérer avant la fin de son contrat de stagiaire. Un montant qui sera bien moins élevé que pour un transfert "classique" d'un joueur professionnel. Et c'est bien là le souci pour le Tèf, qui base une partie de son équilibre financier par la vente de joueurs formés sur l'Île du Ramier.

Nos derniers articles