logo lesviolets.com
croix occitane
TFC - Rodez : Le groupe toulousain
Toulouse Métropole 0-4 TFC : Le TGV Soulac a encore frappé et j'y étais pour vous !

 La coupe de France se poursuit pour les filles ! 

Quel régal les amis. Quel match encore une fois. Et le flow du maillot violet est folie. Bref, parlons football. Le début de rencontre est compliqué : les locaux pressent haut dans le but d’empêcher les relances violettes. Pendant les quinze premières minutes, les protégées d’Antoine Gérard seront gênées : impossible de trouver les relais avec le milieu de terrain. Toutefois, et c’est à souligner, on ne balance pas les ballons malgré les difficultés. On tente de faire tourner la balle pour trouver un décalage.

Petit à petit, les choses vont se faire, et à la 17ème minute Lou Jumere trouve l’ouverture pour Lissarre qui centre pour Sophie Rougé. La reprise de volée est tant bien que mal sortie par la défense adverse. La première incursion, elle est là. Démarre alors le show d’Anastasia Soulac. 19ème minute, cette dernière est lancée dans le dos de la défense, mais ne trouvera pas le cadre. Six minutes plus tard, elle va foudroyer son adversaire à la vitesse et va aller dribbler la gardienne pour ouvrir la marque, 0-1. Ça me rappelle fortement un certain Nathan Ngoumou. Le TGV est lancé. On dit toujours qu’après un but, il y a ces quelques minutes d’euphorie à gérer. Sur une relance de derrière, les Violettes se font intercepter la balle. Cimatti se retrouve en face-à-face, mais ne fait pas faute sur sa sortie, et Marie Didoné sauve le ballon sur sa ligne après s’être bien repliée.

Cinq minutes plus tard, Margaux Lissarre place une tête sur corner pour mettre les siennes à 0-2. Le break est fait. Métropole accuse le coup. Pourtant, elles n’ont pas démérité : avec un peu plus de justesse devant le but elles auraient pu aller chercher quelque chose, un espoir. L’espoir d’y croire. Peu de temps avant la mi-temps, Soulac prend de vitesse (encore une fois c’est incroyable) la défense pour servir Rougé de l’autre côté de la surface, cette dernière dribble son vis-à-vis, qui tacle et qui glisse sur plusieurs mètres. La légende raconte qu’elle est toujours entrain de glisser à l’heure actuelle. Mi-temps, 0-2. Ce qui me marque le plus, c’est cette volonté de jouer au football malgré le pressing adverse. Attention toutefois face à une équipe un peu plus juste techniquement devant le but. Mais quelle audace, j’apprécie. Cimatti a été un peu plus chahutée que d’habitude, mais elle ne peut pas siroter des cocktails dans son but tous les week-ends non plus. J’apprends aussi le résultat de la Gambardella, 0-0 à la pause.

En seconde mi-temps, on voit davantage notre milieu de terrain composé de Grinfan, Ettien (qui a remplacé Lecocq en début de seconde période) et Badr Bassem. Ce n’est pas pour me déplaire. Beaucoup plus d’espaces, plus d’ouvertures. Et c’est d’ailleurs Grinfan qui va réaliser une très belle passe à destination de Lissarre (dans tous les bons coups cette après-midi) sur son côté droit, mais l’assistant signale un hors-jeu. Il n’y avait pas hors-jeu, j’étais juste devant. Voilà, c’est dit.

Toutefois, c’est cette dernière qui centrera pour Soulac dans la surface. "Anas" devance la gardienne pour mettre un plat du pied parfait. 0-3. Margaux Lissarre sort pour laisser sa place à Léane Commaret. Les actions se succèdent, Grinfan et Ettien distillent les caviars. Mais c’est de Badr Bassem que viendra l’éclair : sur une passe laser, elle trouve Commaret qui elle-même trouve Soulac à l’entrée de surface pour un plat du pied poteau rentrant, 0-4. Et en guise de dessert, Anastasia Soulac se permet un dernier raid solitaire sur la moitié du terrain en dribblant une, deux, trois, quatre joueuses. Hâte des prochains tours avec des adversaires au-dessus. En attendant, la série de victoires se poursuit. Le derby est remporté. Bravo, tout simplement !