Tolosa Students Club : "On fera tout pour chauffer notre tribune et répondre au virage Brice"

Publié le 08 décembre 2021 à 18:00 par Cédric Polizzi

Vous l’avez peut-être vu ou entendu, le TFC a développé un partenariat avec huit écoles de Toulouse. Ce projet porte le nom du Tolosa Students Club. Cette démarche est dans la continuité de tout ce que fait le TFC pour "reconquérir sa ville". Dans ce cadre-là, la rédaction du site LesViolets.Com a cherché à en savoir plus, et s’est entretenu près d’une heure avec Gabriel du Bureau Des Étudiants de STAPS Toulouse, ainsi qu’Ariane et Caroline, du Bureau Des Sports de la TSM. Première partie de cette interview avec les origines du projet, l’ambiance avec les Indians, l'image du TFC avant que le projet ne soit mis en place.

Racontez-nous les origines de ce projet ?

STAPS : "C’est le club qui est venu vers nous. On a vraiment senti une volonté du club d’être proche de nous, créer quelque chose qu’il n’y avait pas avant. Il se trouve que je connais bien l’attachée de presse, Marion Pélissou. Et un jour, on a abordé ce projet. Maintenant, on retrouve 8 écoles dans ce partenariat, à savoir la TBS, AMOS, l’INSA, TSM, l’ENAC, Supaero, l’ENSEEIHT et enfin nous, les STAPS. On est très content d’être ensemble ! On est une fac de sport, donc pour nos étudiants, ça fait plaisir de se sentir considéré par un club comme le TFC. Ce genre de partenariat, ça donne le sourire !"

TSM : "Exactement, c’est Marion qui a pris contact avec nous, c’est une ancienne de chez nous ! Quand ils sont venus nous voir, on a directement été partant, mais on s’est dit qu’on verrait ce qu’on nous propose. Ariane et moi, on n’est pas fan de foot à l’origine, mais on s’est dit que l’opportunité était belle. Quand on a parlé avec les personnes du TFC, le discours est super bien passé. Le projet présenté était vraiment intéressant. On nous a demandé notre position, nos attentes. Nous, l’objectif, c’était que tous les étudiants de la TSM profitent de cette offre. Et de là, est parti le projet."

Quels sont les avantages pour les étudiants dans le cadre de ce partenariat ?

STAPS : "On aura une tribune à nous : on sera à côté du virage Brice en quart de virage sud. Le virage Brice, c’est une superbe tribune donc c’est cool que l’on soit à côté. On aura les places à 5€ avec des prix sur l’happy hour à la bodega. On a aussi l’opportunité de faire des crossbarr challenge à la mi-temps. Lors du Se Canto, certains étudiants tiendront les drapeaux au milieu du terrain. Il y aura des concours entre nous, etc. Peu d’étudiants aujourd’hui peuvent dire « ma ville m’offre ça ». Donc au-delà des places à 5€, on a pas mal de choses, et c’est sympa ! Ils ont trouvé ce que les étudiants cherchaient, avec de belles idées."

Est-ce que vous avez été surpris par les offres du club ?

TSM : "Carrément ! Nous on ne s’attendait qu’à avoir des tarifs préférentiels ! Et on s’est rendu compte que le projet allait bien plus loin que ça. Il y a cette volonté de créer une cohésion entre nos écoles pour pouvoir faire d’autres projets en parallèle. Ça a été une grosse surprise de voir autant de choses différentes. Il y a des concours entre nous, des opportunités, etc. C’est top, parce que même ceux qui ne veulent pas venir au stade peuvent être impliqués avec des concours de créations graphiques par exemple, où il faudra créer des affiches."

Êtes-vous prêt à collaborer avec les Indians pour certaines animations s’ils vous sollicitent ?

STAPS : "Mais totalement ! Le virage Brice Taton c’est ce qui nous fait aller au Stadium ! Nous on fera tout pour chauffer notre tribune et répondre au virage Brice. Les Indians ils ont toujours été là. On ne veut pas jouer contre eux, mais avec eux. Le seul club qu’on veut c’est le TFC. On a commencé à écrire des chants, à réfléchir à différentes animations, mais bien entendu que si le virage Brice attend un retour de voix de notre tribune, on répondra. Notre objectif, c’est aussi d’aider à réveiller la tribune honneur sud. On suivra aussi les chants des Indians quand il le faudra. On est des jeunes, et on veut juste crier pour notre ville. On sera là pour répondre aux Indians quand il le faut, et s’ils veulent nous contacter pour en discuter, ce sera avec plaisir !"

TSM : "Voilà exactement ! Durant le match, l’objectif c’est d’accompagner l’événement, être tous ensemble à chanter et non pas être simplement spectateurs. Ça, tout le monde peut le faire, et ce n’est pas notre but. Plus il y a une bonne ambiance, plus ça fera venir des étudiants. Et oui, si les Indians prennent contact avec nous, nos huit BDE, pour ouvrir un dialogue sur l’animation en tribune, nous on est partant !"

Comment le TFC était vu avant que ce partenariat ne soit mis en place ?

Caroline (TSM) : "Il y a 4 ans, j’étais au BDE technique de communication, et on avait eu un concours où il fallait ramener le plus de personnes au stade. Mais il n’y avait aucun projet derrière. Tous les échos que j’avais du Tef, ce n’étaient pas des bons. C’était le ressenti de beaucoup de personnes. Je connaissais du personnel du TFC, j’y avais été aussi pour voir des rencontres. On n’avait pas ce sentiment de rareté, et c’est exactement ce que nous a dit le club lors de nos réunions. Donc là, ça a changé, et tant mieux. Quand on y est allé, on sent qu’il y a une volonté de faire les choses bien et de façon unique. Le fait que ce soient d’anciens étudiants de nos écoles à Toulouse qui se lance pour l’élaboration du projet, c’est forcément bien vu de notre part. Il n’y a pas une école, mais on est huit ! On a été écouté, et c’est super."

Depuis le rachat du club, le TFC souhaite reconquérir sa ville. Est-ce que vous avez senti cette volonté dans le discours du Tef ?

STAPS : "Oui carrément ! Déjà la communication, depuis le renouveau du club, elle est incroyable ! Mais même avec nous, quand on parle, le discours était super bien. On n’a pas eu ce sentiment de se dire « ils font ça pour se faire de l’argent et remplir le stade ». Non. Là, toute cette idée, c’est « nous sommes le TFC, et on veut reconquérir notre région, notre ville ». L’idée est plus globale, touche plus de monde. Cette réunification autour du foot ne peut être que bénéfique, et surtout, ça ressort une image de ce club. Nous l’équipe, on s’identifie à elle, avec de nombreux Pitchouns et des joueurs qui portent fièrement le maillot. Quand on a eu notre présentation au club, Rouault, Himeur et Ratao étaient venus ! Et ces gestes-là, ça compte ! Car on voit qu’on est concerné, que l’on est le cœur du projet, et qu’ils comptent sur nous. Le TFC c’est un club crée en 1937, il a du vécu, une histoire. C’est un club ancré dans la ville."

TSM : "Voilà, c’est ça ! Déjà les étudiants, c’est une grosse partie de l’identité de Toulouse ! Et leur objectif, c’est que nous on soit le cœur du projet. D’habitude, on est une pièce rapportée, et là c’est l’inverse. Rien que le nom du projet : Tolosa Student Club. Ça prend tout ! Les étudiants, notre ville. On est fier d’être d’ici, ça fait partie de Toulouse. Mais au-delà de ça, toute la communication, autour de Sochaux par exemple, c’est bien. Ça montre que le club fait les chose étapes par étapes et qui sont entrain de se réimplanter en ville."

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par LesViolets.Com (@lesvioletscom)

Nos derniers articles