TFC - Guingamp : J'y étais pour vous

Publié le 10 mars 2019 à 22:00 par Pierre Pambrun


Sur le parvis, je croise une petite famille d'expatriés bretons et fiers de l'être. Ca chambre, bon enfant. Arrivé dans les gradins, j'ai perdu mes oisillons des West Eagles, "en sommeil".

Sur le terrain, les Rouges laissent le ballon aux Violets, qui savent bien leur rendre. Et à la 20ème, nos protégés dominateurs ouvrent le score. Gradel, tout seul, reçoit le cuir, le porte sans être inquiété, le transmet à Sanogo, qui, après un une-deux avec Garcia, marque avec l'aide du gardien qui détourne sur le poteau qui détourne dans le but. Comme à l’entraînement ! 1-0. Le mini kop d'une trentaine d'Armoricains ne se démonte pas : "On est chez nous, on est chez nous...". Peu après la demi-heure, on assiste à un moment de football mémorable. Transversale parfaite de Jullien pour Sylla qui contrôle dans sa course, donne pour Gradel qui tire... sur Sylla ! A l'approche de la pause, le supporter toulousain aguerri se méfie à raison, car deux alertes consécutives mettent Goicoechea au travail alors qu'il n'avait rien eu à faire jusque-là. A la 41ème, la pluie s'invite en même temps que les Indians font leur apparition. A contrario, un joueur guingampais sort, exclu car coupable d'une très vilaine faute sur Gradel. L'ultime opportunité de ce premier acte sera pour un visiteur qui, seul devant notre portier, ne cadre pas.

Mi-temps. Non seulement j'ai perdu mes camarades, mais "Le Camion" et ses fameux burgers n'est pas là non plus. En déambulant autour du stade, je croise Marc Vidal, dernier client d'une longue file faisant la queue à une buvette. Pas de privilège : "C'est normal, je suis comme tout le monde", me dit-il. Avant d'ajouter avec malice : "De toute façon, il n'y a rien à boire dans les vestiaires !".

A la reprise, les Toulousains restent dangereux. D'abord par Sangaré, qui dévisse totalement, puis par Garcia, plus adroit, qui voit sa frappe passer à quelques centimètres du cadre. Toulouse joue sur du velours, face à neuf parpaings. Sylla en profite, et croit doubler la marque. Malheureusement, avec la VAR l'arbitre annule le but pour hors-jeu. Le TFC domine outrageusement, mais le gardien adverse, tout de vert fluo vêtu, repousse systématiquement l’échéance. Du côté de l’EAG, leurs rares incursions dans notre camp sont stoppées à la régulière, par Sidibe, puis par Amian. A l’approche du terme, on notera deux opportunités pour l’adversaire dont la dernière par une tête à ras du poteau qui nous procure l’ultime frisson de la rencontre.

Goicoechea et ses coéquipiers n’ont jamais véritablement tremblé face au dernier du classement qui a justifié son rang. En effet, les Bretons d’une faiblesse générale abyssale n’ont proposé qu’un niveau de partenaire d’entraînement. Tant mieux pour le Téf ! Avec ce sympathique matelas de points devant le barragiste, il peut à présent prétendre à jouer décontracté un football un peu plus alléchant. A condition de laisser Garcia sur le terrain...

Nos derniers articles