TFC 4-1 Nîmes : Une histoire de célébrations, et j'y étais pour vous !

Publié le 19 décembre 2021 à 12:34 par Cédric Polizzi

Par Cédric Polizzi,

Quand mon réveil sonne, les portes du Stadium vont bientôt ouvrir. Ni une, ni deux, je mange mes pâtes, mon cordon-bleu et je prends la direction du Stadium, sous un beau soleil hivernal.
Peu de monde aux abords du Stadium, environ 5000 à 6000 personnes seront dans les tribunes du Stadium aujourd’hui, mais l’ambiance est plutôt bonne !

Nos Violets démarrent bien en ayant la maîtrise du ballon. Ratao a du feu dans les jambes, il se permet même un sombrero qui va émerveiller le Stadium. Branco, lui, régale avec ses passes. Tout est millimétré, tout est parfaitement dosé. Franchement, à lui seul, il est une formidable raison d’aimer cette équipe, la Ligue 2, et le football. Malgré tout, ce sont les Crocos qui ouvrent le score après une perte de balle de Skyttä. Logan Costa recule jusque dans son but, et Mahamadou Doucoure ouvre le score avec une frappe en force sous la barre. Ce dernier fait signe au public de se taire. On ressent vraiment, à cet instant, la difficulté qu’a l’équipe à jouer face à un bloc bas. Ces derniers temps, on est très (trop) souvent pris en contre-attaque alors qu’on domine les débats. De plus, et cette remarque est totalement hors terrain : il est temps de remettre Alexandre en bas du virage. Reprends le micro s’il te plaît.

Sur le carré vert, nos Violets sont à deux doigts du naufrage collectif, mais les Nîmois vendangent et font preuve de maladresses. La performance de Diarra ne me convainc absolument pas, celle de Logan Costa non plus. L’achat d’un latéral gauche est une nécessité absolue.
Petit à petit, les coéquipiers d’Isak Pettersson reprennent le jeu en main, et sur une somptueuse combinaison à trois Skyttä - van den Boomen - Ado, le Japonais conclut d’un plat du pied parfait. Et en plus il retrouve le chemin des filets. Bis repetita dix minutes plus tard : VDB centre à destination d’Ado. Onaiwu s’envole pour placer une tête sous la barre. 2-1. On a retourné le match en dix minutes. Revoilà notre TFC !
Quinze minutes pour se poser et discuter sur le groupe de la rédaction, avant de repartir chanter pour encourager les Violets !

En seconde période, les choses vont basculer pour nos protégés. Nîmes n’y croit plus, et les assauts toulousains se succèdent. On retrouve le Bibiche que l’on apprécie. Celui qui prend quelques fois des initiatives tranchantes, comme par exemple, cette passe par-dessus la défense pour Ado. Onaiwu remise de la tête pour Healey qui termine l’action. 3-1. Et nos trois attaquants viennent se serrer dans les bras devant le virage Brice. Une cohésion, un groupe, un peuple. La tribune s’embrase, Healey’s on fire s’apprête à résonner, quand tout à coup on sent un objet frôler notre tête et exploser à nos pieds. Quelqu’un a lancé un pétard au milieu de la foule. À deux doigts d’atterrir sur notre tête. Je prends seulement ces quelques lignes pour dire à cette personne : tu n’as rien à faire dans un stade, tu es complètement abruti.

Les Nîmois n’y sont clairement plus, et Dejaegere a tout son temps pour envoyer une merveille de passe à destination d’Healey. L’attaquant voit sa frappe contrée, mais Ratao passe par-là, et dépose un bonbon dans la lucarne. La célébration Dragon Ball Z avec Ado est in-cro-yable. Quel régal, quel festival. L’équipe a su trouver les solutions là où nous n’en avons pas trouvé dernièrement, face à un bloc bas. Et ça, faut le souligner. On est en 16èmes de finale ! À ce soir, 20h20, pour le tirage !

Nos derniers articles