TFC 4-1 Grenoble : Sous la pluie, le TFC fait des étincelles

Publié le 19 septembre 2021 à 16:30 par Samuel Cadène


Dans une ambiance digne d'un match d'accession en Ligue 1, c'est bien sur la Ligue 2 que le TFC a hier après-midi continué de dicter sa loi. Dans un match maîtrisé de bout en bout, la fête au Stadium a également été marquée par une première historique, celle de l'usage réglementé d'engins pyrotechniques durant la rencontre.

Pas de pétards mouillés, mais un festival incandescent haut en couleur pour porter les Violets jusqu'à leur sixième succès de la saison. Face à Grenoble hier, ce sont donc les supporters qui avaient d'abord répondu présent. Sous le pont du Stadium lors de l'accueil du bus d'abord, en tribunes, ensuite. D'ailleurs, rien de tout cela n'a échappé au coach Montanier : "On a eu un accueil digne de la Coupe d'Europe de la part de nos supporters ; on se devait de leur rendre sur le terrain." Près de 9000 supporters s'étaient déplacés dans la moiteur du Stadium, un record cette saison.

Mais si la Coupe d'Europe n'était pas encore au programme des Toulousains, il s'agissait plutôt de prolonger la série d'invincibilité du club en championnat pour Desler et ses partenaires. Face au GF38, la surprise du onze de départ Genreau fit d'abord parler son talent pour distiller un caviar au revenant Rhys Healey, qui dans son style caractéristique - plein de hargne et de détermination - alluma la première mèche d'une après-midi spectacle. Puis vînt au tour du nouveau chouchou du Stadium de doubler la mise sur un super service du capitaine Brecht Dejaegere, enfin de retour à son meilleur niveau. Parfaitement lancé, Ado Onaiwu fusilla Maubleu pour permettre aux siens de mener 2-0 à la pause.

Ngoumou se rachète, Toulouse reste invaincu et impressionne

Au retour des vestiaires, à peine le temps pour les supporters de reprendre leur souffle qu'Ado enfonça encore un peu plus le clou sur une nouvelle offrande de son capitaine. Mais pour ce TFC qui avait décidé de faire feu de tout bois ou presque, impossible de lever le pied. Entré en jeu après avoir été décevant au Havre, Nathan Ngoumou vint, d'un tir rasant, se racheter en déclenchant le bouquet final devant une tribune en fusion. 4-1 après une anecdotique réduction de l'écart d'Anani, et c'est bien Grenoble qui bu le calice jusqu'à la lie.

Le TFC continue de tourner comme une Rolls-Royce, surtout devant, et reste invaincu, chose inédite dans son histoire après huit journées. "On a su mettre des buts, ce qui nous avait manqué la semaine dernière (1-1 au Havre, NDLR). On a su faire la différence. 4-1 franchement, c'est beau. Tous nos attaquants ont marqué, c'est le top. On a la chance d'avoir une effectif de qualité. Les joueurs entrants ont été bons, on a su faire des différences. Franchement, ça, c'est le meilleur", souriait après-match le plus efficace des supersubs Violet.

Si les seize fumigènes déployés dans le virage Brice étaient rouges, les feux du TFC sont eux bel et bien tous au vert à l'aune du passage à l'automne. Avant de se déplacer à Dunkerque mardi soir, Philippe Montanier a rajouté une corde à son arc en variant non pas son schéma tactique, mais l'utilisation de ses soldats. Le repositionnement de Dejaegere côté gauche n'a pas été une mauvaise chose, tandis que le duo Ado-Healey semble voué à un bel avenir tant la complémentarité des deux hommes transpirait hier. Fait notable également, les attaques placées du TFC sont enfin efficaces, et le danger ne vient plus que des phases arrêtées.

La fusée toulousaine est lancée, et les Violets entendent bien continuer de ne gâcher aucune cartouche cette saison, pas même mardi à Dunkerque. La Ligue 2 est prévenue.

Nos derniers articles