TFC 3-0 Rodez : J'y étais pour vous

Publié le 25 October 2020 à 20:00 par Cédric Polizzi

18h40, je sors du métro à Empalot pour me rendre au Stadium, et je suis bien le seul, car il n’y a absolument personne d’autre dans les rues. Passé les traditionnelles fouilles, je suis quasiment un des derniers abonnés du virage Brice Taton bas à rejoindre à ma place. C’est un sentiment unique qui se dégage : la sensation d’être seul dans un stade vide, où chaque parole fait écho dans les travées du Stadium. Le match débute sous les chants des supporters présents pour encourager les Violets. Très rapidement, Toulouse prend ses positions dans le camp des Ruthénois. Après quelques situations intéressantes, Steven Moreira délivre un excellent centre repris de volée par Dejeagere ! Le Belge envoie le ballon entre les jambes de Guivarch, et ça fait 1-0, pour notre plus grand bonheur ! Suite à cela, le jeu s’équilibre un peu. Manu Koné fait chauffer les gants du gardien adverse, mais pas grand chose d’autre à signaler. Maxime Dupé, lui, n’a pas vraiment été inquiété. À la mi-temps, les visages sont confiants dans les tribunes. Certains quittent déjà le stade pour rejoindre leur domicile en vue du couvre-feu.

À la reprise, la rencontre repart sur les mêmes bases : Toulouse a le ballon, mais ne fait pas grand-chose avec. Sur une chevauchée plein axe de Manu Koné, le Pitchoun obtient la faute. À côté de moi, certains se disent "Amian au ballon ? Mais il n’a jamais tiré un coup franc de sa carrière !". Le défenseur ne se fait pas prier, et grâce à un mur légèrement mal placé, le Toulousain, va enrouler sa balle pour un poteau rentrant. Le virage exprime sa joie, ça fait 2-0 à l’heure de jeu ! Rodez joue le tout pour le tout, et fait notamment rentrer Ugo Bonnet, attaquant courtisé par le TFC durant l’été. Malgré quelques frayeurs, comme ce coup franc à l’entrée de sa surface concédé par Spierings, où Amine Adli se fait remarquer par sa manière de défendre, la défense du Tèf affiche de belles valeurs. Et lorsqu’elle est dépassée, Dupé prend la relève en sortant les tentatives adverses, comme son arrêt en fin de match ! 20h30, les messages concernant le couvre-feu s’affiche sur les écrans du stade, les Indians poussent une dernière fois nos joueurs, avant de déployer une banderole "Désolé on a couvre-feu". Je prends donc la direction du métro aux alentours de la 70ème minute, pour finir de regarder le match sur le téléphone. C’est la première fois que je quitte le stade avant la fin d’un match, et c’est un sentiment très étrange sachant qu’il y a 2-0 au tableau d’affichage. La soirée se conclura sur un nouveau penalty de Spierings alors que la voix du métro m’annonce "Jean Jaurès". Une nouvelle victoire pour le Tèf qui semble bel et bien avoir lancé sa saison ! En espérant que cela dure, et que l’on ramène les trois points de Picardie la semaine prochaine. Même si certaines choses sont encore à travailler, quel plaisir de voir enfin un groupe soudé sur la pelouse. Rendez-vous la semaine prochaine, à Amiens. Forza Viola !

Nos derniers articles