TFC 2-2 Dijon : J'y étais pour vous

Publié le 03 décembre 2018 à 00:30 par Anthony Labatut

Après un bon repas de famille bien costaud, quoi de mieux qu'un petit Toulouse - Dijon pour introduire la sieste du dimanche après-midi ? Détrompez-vous de suite, ce match entre deux équipes qui n'ont plus gagné depuis la nuit des temps a finalement été prolifique, contrairement aux deux éditions précédentes jouées au Stadium (0-0 et 0-1). Allons-nous assister au réveil toulousain, eux qui ne se sont plus imposés au Stadium depuis le 25 août ? L'adversaire paraît à la portée des joueurs de Casanova, pourtant ces derniers se sont compliqués la tâche et ont laissé filer la victoire...

Installé porte 7 avec mes fidèles amis supporters du TFC, le match débute par une longue conservation de balle toulousaine, avant qu'Amian adresse une sublime passe décisive en profondeur, entre les lignes, pour son coéquipier d'attaque Tavares qui, n'étant pas hors-jeu suite à un problème de VAR, devance le gardien adv... pardon, Amian effectue une véritable ''passe de vieille'' à destination de Reynet mais Tavares intercepte le ballon et se fait faucher par le portier toulousain qui, en toute logique, est exclu du terrain seulement 5 minutes après ses retrouvailles avec son ancien club. Sidibé, qui n'aura officiellement touché aucun ballon en se référant aux statistiques de la LFP, est remplacé par Goicoechea. L'Uruguayen est mis à contribution d'entrée de jeu et est impeccable sur ce coup franc vicieux de Sliti. Le TFC ne parvient pas à inquiéter Runarsson mais les Dijonnais, fort heureusement, ne parviennent pas à réellement profiter de leur supériorité numérique : seul un nouveau coup franc de Sliti, hors cadre, est à mettre à l'actif des Bourguignons. En revanche, 10 minutes plus tard, le DFCO parvient à ouvrir la marque suite à un cafouillage. La VAR valide le but après 2 minutes et demi de délibération, 3 actions litigieuses étant à éclaircir. Toulouse ne provoque aucun danger sur les cages adverses, à l'image de son leader offensif, Mubele, qui ne cesse de faire des mauvais choix comme le démontre cette mine envoyée directement dans les Indians alors qu'un contre était à amorcer. Clairsemé et composé de quelques gilets jaunes effectuant une grève des encouragements, le Stadium sonne bien creux en ce dimanche après-midi ; seuls les chants prônant la démission de Soucasse résonnent. Le premier acte se termine sur ce score de 0-1, et les Violets, lents et inoffensifs, rentrent aux vestiaires sous des sifflets abondants descendants des tribunes.

À la reprise, Dijon lance un nouvel assaut sur les buts toulousains, mais Goicoechea est sur la trajectoire de la lourde frappe de Tavares. Dijon est tout proche de doubler la mise mais Amian puis Jullien sauvent leurs coéquipiers chacun leur tour. Finalement, le break est réalisé à la 68ème minute de jeu suite à un beau mouvement collectif des blancs conclu par Abeid. La défaite est alors dans toutes les têtes et les regards braqués sur le classement des Toulousains, actuellement 16èmes. Mais à ce moment-là, le TFC va montrer un état d'esprit trop peu de fois observé ces dernières saisons ; cet état d'esprit revanchard et plein d'hargne. Le capitaine Gradel signe la révolte d'un splendide ciseau sur un service tout simplement parfait de Dossevi, 4 minutes après ce but nommé ''but du chaos'' par mon voisin. Le Téf est en pleine bourre et méconnaissable : il parvient à marquer de nouveau lors de ce temps fort. Gradel progresse dans le camp dijonnais et remet le ballon à Leya Iseka ; le Belge, suite à cette passe idéale de son compère d'attaque, n'a plus qu'à ajuster le ballon et ramène Toulouse dans le match. Les Violets ne s'arrêtent pas là et tentent même d'aller chercher la victoire. Or, les tentatives de Gradel notamment ne trouvent pas le chemin des filets. On en restera là pour ce match capital entre le TFC et Dijon, qui repartent bons amis...

Comment prendre ce match nul ? Espérer que ce résultat installe la confiance dans les rangs toulousains, qui viennent d'enchaîner deux performances intéressantes avec des points à retenir ? Un scénario similaire s'était produit après le match nul 1-1 concédé à Rennes fin septembre, il y a 7 matchs. Résultat des courses : le TFC a perdu 4 fois et a fait 3 matchs nuls... L'autre solution est de penser que le TFC est en crise, puisque tout autre résultat qu'une victoire ce dimanche ne convenait pas à Toulouse. Les Toulousains viennent d'enchaîner 11 matchs officiels sans victoire et glissent petit à petit vers le bas, comme c'était le cas lors des saisons précédentes et notamment la dernière...

Nos derniers articles