TFC 1-1 Reims : J'y étais pour vous

Publié le 11 février 2019 à 00:00 par Anthony Labatut

Après un show de pom-pom girls réchauffées, ce match alléchant entre Toulouse et Reims allait débuter devant une porte 16 remplie de jeunes morveux invités par le club pour venir voir ce que n'est pas du football et ce qu'ils ne doivent pas reproduire avec leurs coéquipiers le week-end. De fortes bourrasques de vent caressent les visages des 15 240 spectateurs du Stadium ce dimanche après-midi, ce qui ne les empêchera pas de profiter d'une sieste initiée par ce triste spectacle.

La première période se résume à deux (très) légers frissons. Le premier sur une action menée par Durmaz dont la frappe spontanée termine au dessus des buts rémois, l'autre sur un coup franc pour Reims dont la déviation de Shoji passe près des cages de Reynet. Hormis cela, nous assistons à une bouillie de football. Les deux équipes ont du mal à se projeter vers l'avant du fait de leur manque d'agressivité et de justesse technique, comme si le match nul convenait parfaitement aux deux formations. Pour preuve, aucun tir n'est cadré dans ce premier acte. Les Toulousains et notamment Christopher Jullien ne cessent d'enflammer l'assemblée (négativement) avec leurs passes vers l'arrière : ''Tu as peur d'aller vers l'avant'', ''Bouge-toi feignasse'' entend-on, entre autres. Ambiance houleuse en virage Brice Taton où les Indians déploient deux banderoles se moquant de l'élimination du petit poucet violet cette semaine sur le terrain d'un club de Ligue 1. Toulouse et Reims rentrent aux vestiaires sur un triste 0-0 logique, tant les 22 joueurs ont refusé de jouer au football durant ces 45 premières minutes. 

A la reprise, le match reprend comme on l'avait quitté : passes ratées et contrôles manqués affluent. La pluie a fait son apparition et tous les stadiaux se pressent vers le haut des tribunes pour se mettre à l'abri. Quelques inconditionnels des Indians restent dans le kop pour pousser leurs protégés pas aussi dévoués. Les spectateurs comprennent alors que celui qui ouvrira la marque, s'il ose jouer au football, prendra un sérieux avantage dans cette rencontre insipide. C'est ce qui arrive pour les Champenois qui, suite à leur premier vrai mouvement collectif, se créent une occasion qu'Oudin concrétise, suite à un service idéal de Cafaro. Reynet reste cloué sur place, tout comme ses défenseurs devenus plots. Reims est tout prêt de profiter du je-m'en-foutisme toulousain lorsque Dia dribble Reynet mais bute sur Jullien revenu héroïquement. Ce sauvetage marque un tournant du match car le Téf décide enfin de se réveiller et de se mettre à jouer devant son public face à un adversaire aussi faible que lui. Gradel puis Sylla se procurent chacun une situation de but mais ne parviennent pas à tromper Mendy. Le premier cité égalise ensuite pour le TFC sur une passe aérienne sublime de Garcia, qui transperce les lignes. L'enchaînement de l'Ivoirien est parfait et sa frappe trop puissante pour que Mendy la repousse suffisamment. Les Violets reviennent dans ce match et s'en remettent une nouvelle fois à un coup de grâce de leur capitaine, malgré sa baisse de forme. C'est lui qui, quelques secondes plus tard, oblige le porter rémois à la parade suite à une frappe vicieuse au premier poteau. Les Indians scandent le nom du sauveur du jour ''Ohé ohé ohé, Gradel, Gradel''. Or, la révolte a été sonnée trop tardivement pour les Toulousains et la dernière tentative de Sanogo est magnifiquement stoppée par Mendy. Le Téf a joué au football durant 15 minutes dans ce match, et perd encore de précieux points à domicile face à un adversaire à sa portée. 

Seule performance à retenir de ce dimanche après-midi : Toulouse a enchaîné 10 matchs de championnat sans victoire à domicile. C'est le nouveau record pour le club. Bravo messieurs !

Nos derniers articles