TFC 1-1 Nice : J'y étais pour vous

Publié le 06 octobre 2018 à 09:00 par Anthony Labatut

10 jours après avoir quitté le Stadium dans une grande frustration suite à la déroute rageante face à Saint-Etienne, je retrouve ma place dans le Virage Brice Taton pour cette rencontre lors de laquelle j'attends beaucoup des Toulousains, après cette série de quatre rencontres sans succès. Côté compo’, Alain Casanova bidouille son onze de départ suite aux nombreuses absences. Je me félicite de la titularisation de Moreira, mais je suis déçu en voyant que Mubele est aligné en pointe plutôt que Jean.

Cette soirée débute tout d'abord par un hommage émouvant à Brice Taton, tragiquement décédé il y a 9 ans. Les Indians appuient ce moment en entonnant ''Brice, on ne t'oubliera jamais''. Le TFC débute parfaitement la rencontre en assiégeant la surface niçoise, et obtient deux corners ; lors desquels les Violets ne parviendront pas à pousser le cuir au fond des filets. Le virage en profite pour se chauffer en ce début de match : ''Toulousains ! Toulousains !''. Nice calme les ardeurs et prend le jeu à son compte. Une domination nette mais stérile des Azuréens, le TFC ayant même une occasion par l'intermédiaire de Jullien. Un round d'observation s'installe entre les deux équipes, et le public s'ennuie. Mes voisins se moquent du piètre niveau de jeu proposé, avec des passes hasardeuses qui ne trouvent preneur. Le Tèf obtient une situation mais ni Durmaz ni Dossevi, qui réclamaient une faute, n'obtiennent gain de cause. S'engage alors un contre à toute vitesse. Les Niçois remontent à fond le terrain et le ballon arrive dans les pieds de Srarfi, qui glisse le ballon entre les jambes de Reynet pour ouvrir le score. Le public peste contre l'arbitrage et le fait savoir : ''L'arbitre, il est Niçois…''. Ce but intervient comme un véritable coup de massue pour tout le monde, la faible intensité de la partie nous ayant plongé dans un sommeil si profond que le réveil est difficile. Les 22 acteurs de la rencontre rentrent aux vestiaires peu après une dernière occasion pour le TFC, où Mubele manque son duel avec un Benitez sorti à 200 km/h dans les pieds de notre attaquant du soir. Les sifflets accompagnent le retour aux vestiaires des arbitres.

La mi-temps passée, Toulouse reprend le contrôle de la situation et, 10 minutes après la reprise du jeu, Manu Garcia adresse un centre parfait à un Matthieu Dossevi oublié au second poteau par l'arrière-garde niçoise. Le Togolais ajuste parfaitement le portier adverse pour égaliser à 1-1. Comme contre Saint-Etienne la semaine passée, le TFC a du mal à se remobiliser après son but et subit une occasion (heureusement) mal gérée par les Niçois. Maolida, idéalement décalé, tarde à frapper et Moreira est revenu pour sauver héroïquement le TFC. Plus aucune situation dangereuse n'est à signaler jusqu'à la fin de la rencontre, les deux équipes manquant de tranchant dans les derniers mètres malgré une volonté d'attaquer le camp adverse.

Le TFC signe son quatrième match nul en cinq matchs. Toulouse ne sait pas gagner, mais sait ne pas perdre. Les rationnels diront qu'il ne faut pas oublier que ces rencontres étaient perdues la saison passée et que ces points sont satisfaisants. Les optimistes, eux, pensent que ce match nul, comme les derniers résultats moyens, est décevant car cette équipe est capable de beaucoup mieux !

(photo : ogcnice.com)

Nos derniers articles