logo lesviolets.com
croix occitane
VIDÉO - La performance de Kjetil Haug pour son dernier match avec Valerenga
TFC 1-0 Monaco : Récit d'une montée, et j'y étais pour vous

 Le dernier j'y étais pour vous de la saison, pour la montée des Violettes en D2...

Par Cédric,

Les Violettes, à l’image de leur saison, ont gagné leur montée sur le terrain de la plus belle des manières. Voici le récit d’une montée, le récit d’une histoire. Le dernier j’y étais pour vous de cette saison 2021-2022.

Vendredi, 4h55 lorsque le réveil sonne. Ça rappelle certains souvenirs. Du Cap Ferret direction Bordeaux, avant de rejoindre la ville Rose, pour ce match. Dans le bus j’ai le temps de me faire un récapitulatif des derniers mois. Tant de matchs à les suivre, même en hiver sous un froid de décembre à 20h pour la réception de Léguevin. Tout ça pour en arriver là. Une dernière danse, devant un public présent. La hype.

11h40 quand j’arrive aux abords du Stadium. Assez tôt pour rencontrer quelques personnes me parlant du site, assez tôt pour échanger quelques mots avec d’anciennes joueuses. Un regard avec les principales concernées, et j’ai su, à ce moment-là, que la victoire serait à nous, à elles.

Je retrouve quelques têtes bien connues, et ça fait plaisir. D’un point de vue composition, Cimatti, Jumere, Grillon, et bien d’autres encore, sont blessées. Souifi démarre dans les cages, Lecocq est numéro 10, Roumiga et Rougé, buteuses à l’aller, sont sur le front de l’attaque.

Les débats démarrent de façon plutôt calme. En ayant fait 2-2 à Monaco, c’est aux Monégasques de faire le jeu pour marquer, mais ces dernières semblent assez…ternes. Les Toulousaines prennent petit à petit l’ascendant dans la partie. Ettien réalise un abattage monstre sur la pelouse, tandis qu’Hayaux fait mal à son adversaire sur son couloir. Sur un coup franc anodin à la demi-heure de jeu, les Violettes ouvrent la marque : centre second poteau, remise de la tête, Roumiga réalise un ciseau de toute beauté. 1-0, sous les encouragements du kop "joueuses hors groupe". Une tête et un pied et demi en D2.

Plus grand-chose jusqu’à la pause. Sous les yeux des professionnels, Montanier, et Comolli, venus voir la rencontre avant de partir à Navata, la pause est sifflée, 1-0.

Si la première période était assez fermée, la seconde l’a été beaucoup moins. D’une part, car Monaco devait sortir un jour ou l’autre, mais aussi car Toulouse se montre quand même bien au-dessus. Le kop entonne "Rouge’s on fire". Ça nous parle, on voit que le message de notre story a été entendu.

On accélère le rythme : Monaco frappe la barre, puis les Violettes répondent. Grinfan rate la lucarne de peu, Lecocq trouve la barre, et Marine Garcia le poteau. Sur la pelouse l’intensité monte d’un cran avec des tacles à retardement. Clem' Dias Veloso sauve également un ballon sur la ligne. Inès, pourtant prévue à l’origine remplaçante (jusqu’à l'entraînement de vendredi soir), sort un match solide marqué par de belles sorties. Une petite poignée d’Indians ont également rejoint le bord de la pelouse entre temps.

La décision est désormais faite, Monaco ne pourra pas revenir : Toulouse évoluera en D2 l’année prochaine. Quelques dernières opportunités, et l’arbitre siffle la fin de la rencontre. Les joueuses hors groupe envahissent la pelouse, les Indians allument torches et fumigènes ! 25 matchs, pour 125 buts inscrits toutes compétitions confondues. Une saison incroyable, pour marquer un retour en D2 de la meilleure des façons ! Sous les yeux de leurs parents, de leurs proches, de leurs amies, de leur staff, et des miens, les Violettes atteignent leur objectif.

Un membre du staff m’offre un câlin. C’est beau, car je sais que tout le travail fournit depuis trois ans porte aujourd’hui ses fruits : reconnu par l’ensemble d’un groupe, et le terrain Brice Taton était plein pour les soutenir. "Seul, on va plus vite, ensemble, on va plus loin". Le seul sentiment qui m’envahit, c’est un sentiment de fierté. Je ne suis pas sur la pelouse, je ne fais pas partie du staff, je n’ai aucune carte en mains, mais je suis un simple gars, qui suit l’une de ses passions. Un simple gars qui a vécu son aventure de son côté, avec les U19, la R1 et la R2.

Trois années à suivre ce groupe au quotidien, trois années à apprendre à connaître chaque personne, chaque jour un peu plus. L’aventure a dépassé le cadre du sportif, c’est devenu une aventure humaine. Le plus dur est à venir, mais je repars au Cap Ferret l’esprit tranquille, sentiment du devoir accompli !

L’ensemble de la rédaction souhaite de bonnes vacances aux Violettes, et un bon rétablissement aux blessés (parce qu’il y en a quelques-unes, et quelques ligaments tombés au combat) ! À toutes, merci. Merci pour tout !