Supporters - TFC : "Posez-vous la question de savoir si le club souhaite communiquer"

Publié le 06 novembre 2019 à 00:00 par JB

Les relations entre les supporters et la direction du TFC sont extrêmement tendues depuis plusieurs années. Ce début de saison n’a pas permis d’apaisement, avec notamment l’épisode des fumigènes allumés contre Dijon en août.

L’Association De Défense des Intérêts des Supporters Toulousains (ADIST) a pu rencontrer deux salariés du TFC afin d’évoquer ce manque de communication entre les différents partis. Voici le compte rendu :

Encore une fois ceci ne reflète pas notre avis, c'est juste une transcription transparente de ce qui a été dit que vous puissiez vous faire votre avis.

À notre demande nous avons rencontré Guillaume, qui assure la liaison entre le club et les supporters et Laurent Delaux, le directeur des opérations du TOULOUSE FOOTBALL CLUB. Pour l'ADIST étaient présents Yves et Pablo.
Nous souhaitions soulever avec eux l'inadéquation d'un discours visant à apaiser les relations avec les supporters avec les actions que nous pouvions noter de la part notamment des services de sécurité du club.
Il semble qu'un manque de communication notable soit à relever, car le mouvement de foule durant TFC - Lille, lié à l'intervention d'un agent de sécurité au sein du Kop, ait été provoqué par une action à l'initiative de l'agent et non commandité par le club.
De même, l'insistance des services de sécurité à rechercher des personnes ayant pu participer aux événements de TFC - DIJON était ignorée de la direction du club.

Quand nous avons soulevé le déséquilibre des actions engagées quand le club dit ne pas vouloir porter plainte pour les menaces de mort à l'encontre d'Alain CASANOVA. M. Delaux rappelle que seul M. CASANOVA pouvait porter plainte dans le cadre de cette procédure. Nous rappelons donc au club que sa communication ne faisait pas cas de cela.

Le club se plaindra des banderoles qui sont apparues le long du périphérique toulousain disant que les remontrances au stade étaient acceptables, mais pas à l'extérieur. Nous leur faisons remarquer qu'au sein du stade, la censure, grâce notamment à la suppression du micro, ne laissait pas forcément les supporters en capacité d'exprimer leur opinion.
Le club niera être à l'origine des coupures du micro qui seraient demandées par le délégué de la LFP présent au match.

Nous avons fait remarquer au club que d'autres entités prenant part au championnat de L1 n'hésitaient pas à s'opposer à la LFP sans réaction.
Et nous avons insisté sur le fait qu'il était nécessaire que le club communique sur ces décisions et projets, notamment lorsque l'on voit le nouvel entraîneur se présenter seul devant la presse. Ce à quoi il nous sera répondu qu'il fallait se poser la question de savoir si le club en avait l’envie...

La réunion se conclura sur un constat de difficulté communicationnelle flagrante. Et sur la conclusion: “Posez-vous la question de savoir si le club souhaite communiquer..."

Nos derniers articles