Strasbourg 4-2 TFC : Crise défensive, allant offensif

Publié le 09 décembre 2019 à 11:35 par JB

Samedi soir, le TFC a de nouveau coulé en perdant à Strasbourg, 4-2. Que faut-il retenir de cette rencontre ?

La défense encore et toujours…

Ajorque, Thomasson et Mothiba se sont régalés. Si le Tèf a bel et bien ouvert le score (un exploit dans ce contexte), les coéquipiers de Baptiste Reynet n’ont tenu que 3 minutes avant d’être rejoints au score. Chacun à leur tour, au fil des quatre buts alsaciens, Amian, Isimat-Mirin, Rogel et Sylla peuvent être directement incriminés. Ce quatuor n’a, aujourd’hui, pas le niveau requis pour évoluer en Ligue 1. S’il continue sur ce rythme, le Tèf encaissera quasiment 80 buts cette saison. Une statistique quasi-rédhibitoire pour espérer se maintenir en Ligue 1.
Mais alors, existe-t-il des solutions ? Oui ! Travailler, encore et toujours, attendre les retours de Diakité et Shoji et, surtout, se renforcer au mercato d’hiver. Arribagé n’a pas le droit à l’erreur.

Enfin quelques bons points

Kombouaré a enfin remis au goût du jour le 4-4-2. On a retrouvé le TFC de l’automne, capable d’encaisser un but à tout moment, mais également d’en planter deux à l’adversaire sur sa pelouse. Koulouris a bien démarré le match avant de s’éclipser. Sans être exceptionnel, Saïd était tout proche du doublé. Matthieu Dossevi a joué une partition qu’il connaît sur le bout des doigts. Yaya Sanogo s’est procuré une balle de but dans le dernier quart d’heure. Finalement, la plus grande déception est venue de Max-Alain Gradel, transparent. La bonne formule n’a pas encore été trouvée, mais s’il y a bien un motif d’espoir à retenir de ce déplacement en Alsace, c’est l’attaque, capable de transpercer bon nombre d’arrière-gardes de L1.

Le Tèf a du matos devant et son salut viendra probable de là. Messieurs, attaquez ! D’autant qu’une victoire est impérative samedi au Stadium face à Reims pour retrouver des sourires et sauver les meubles avant la trêve hivernale.

Nos derniers articles