Soucasse : "Le TFC a des atouts pour être performant dans les années à venir"

Publié le 15 août 2019 à 15:10 par JB

Mardi, Jean-François Soucasse, le président délégué du TFC, a donné une conférence de presse. Voici la première partie avec un bilan général :

On est ravi que ça redémarre. On a tous à coeur de se plonger dans cette nouvelle saison, d’autant que l’an dernier, le bilan a été contrasté. La saison a été délicate et décevante pour les professionnels. Le début de saison avait été encourageant, mais nous avons perdu le fil… C’est dommage. Alain Casanova est revenu en long et en large sur cette dernière saison. Je ne développerai pas plus.
Ceci étant dit, un club, c’est aussi autre chose qu’un effectif professionnel. Le TFC, ce sont 500 jeunes filles, garçons, salariés, joueurs, dirigeants et entraîneurs. Je dirige ce club et j’ai une vision plus large. Le TFC a des atouts et des motifs de satisfaction. Notre centre de formation a été classé 11ème meilleur du monde. Ça fait peut-être prétentieux de le dire, mais c’était le cas. Il y a eu une finale de Gambardella, 11 contrats pros signés, dont certains qui ont découvert la Ligue 1 comme Bafodé Diakité et Kalidou Sidibé.
Je ne dis pas ça pour être dans une forme de déni ou dire qu’on est très content de ce qu’il se passe.
On a fait des erreurs, on va les corriger, on a fait des bilans, on s’est projeté. Mais c’est aussi important quand on est joueur ou salarié de ce club de savoir que le TFC sait où il va, avec une stratégie. Et outre l’effectif professionnel, ce club a des atouts et des perspectives à faire valoir.

Sans faire une révolution, on doit faire une petite évolution. Je ne veux pas parler de morosité et de résignation. Aujourd’hui, quand je regarde notre effectif, nous n’avons pas à rougir et je ne l’échangerai pas avec une dizaine d’autres clubs. Ça ne veut pas dire que le Top 10 nous est acquis. Ça veut dire qu’on doit avoir l’ambition de retrouver notre place. Avant ses 4/5 ans difficiles, le TFC occupait la 8ème place en moyenne.
Alain Casanova a les capacités de travailler sur cette deuxième saison. L’an dernier, le mercato s’était fait avec des contraintes économiques et nous avions dû trouver des solutions alternatives. Là, la couleur de l’effectif colle plus avec ce qu’attendait Alain. Et il y a l’émergence des jeunes. Je ne dis pas que 10 jeunes vont jouer en Ligue 1 à la fin de l’année. Mais on souhaite faire la promotion du centre de formation et ils travaillent beaucoup. D’ailleurs, les jeunes amènent une vertu : un surcroit d’identité. Ce n’est pas démagogique de dire qu’un jeune qui a passé 10 ans au centre de formation permet d’avoir un supplément d’âme dans l’équipe. Je suis persuadé que le TFC a des atouts pour être performant dans les années à venir, quand d’autres se seront trompés sur la taille de leur club, avec une vision à court terme, mais catastrophique à moyen terme.
On a envie de fermer cette parenthèse négative et on a les moyens de le faire. Pourquoi on ne serait pas capable de réaliser ce challenge ? Le TFC bashing, le TFC morose… J’estime qu’on a tous une dynamique à trouver et on va le faire.
Dans le sport, quand une saison est terminée, une nouvelle démarre. Et je crois en notre envie, en notre fraîcheur, en notre esprit de revanche pour être de nouveau performant.

On a tous pensé que les effectifs des trois saisons précédentes pouvaient nous permettre d’atteindre un classement plus favorable. Pour créer une alchimie d’un vestiaire et d’une saison, il y a des éléments rationnels et d’autres irrationnels. Demandez à Lille, je pense qu’ils ne se voyaient pas deuxièmes. Et allez voir Monaco qui ne pensait pas lutter pour son maintien avec un tel budget.
Qu’est-ce qui nous fait dire que ça va mieux se passer cette saison ? Nous n’avons pas de certitudes. Par contre, chaque fois qu’on travaille mieux au centre de formation, qu’on ajoute de la compétence dans le staff des pros, qu’on permet à Pantxi Sirieix, une figure du club, d’être encore plus proche des professionnels dans son rôle de coordinateur sportif, je crois que ces actions cumulées permettent au club d’être meilleur que l’an dernier. C’est notre conviction.
La réalité, c’est que le TFC a le 15ème budget de Ligue 1. Et notre ambition n’est pas de finir 16ème. Plus vous travaillez et mieux vous travaillez, plus on pourra revenir dans des eaux calmes qui ne sont pas si vieilles. On en a les atouts et Alain Casanova en a l’expérience. Les meilleures années du club, c’était avec lui et personne d’autre.
Nous ne sommes pas résignés, nous n’attendons pas notre mort lente. Nous sommes un club revanchard, avec des atouts et les mois et années qui arrivent seront plus favorables.

Nos derniers articles