Ses souvenirs au TFC, sa relation avec Sanna, Blagnac: interview avec l'ancien Pitchoun Paul Fargeas

Publié le 23 October 2020 à 14:30 par Cédric Polizzi

Ancien Pitchoun de la génération 1999, Paul Fargeas a joué le derby face à la réserve du TFC avec Blagnac le week-end dernier (victoire 1-0 de Blagnac). Pour la rédaction du site LesViolets.Com, l'ancien joueur de Nice a accepté de revenir sur plusieurs points, dont ses années au centre de formation, le départ de Pascal Dupraz, ou encore sa très bonne relation avec Sam Sanna

Alors que tu étais avec la réserve du Tèf, tu es parti pour rejoindre Nice, en 2019. Avec le recul, qu’est-ce qu’il t’a manqué pour atteindre le niveau professionnel ici ? As-tu des regrets sur certaines choses ?

"En effet, je suis parti du TFC en 2019, et je suis allé un an à Nice. Je pense que ma polyvalence durant ma formation à Toulouse n’a pas été un atout pour passer un cap et signer professionnel. J’ai évolué à de nombreux postes et notamment latéral durant mes deux dernières saisons. Avec du recul, je pense que je ne donnais pas assez de garanties au niveau défensif pour le club, c’est comme ça… Je regrette juste le départ prématuré de Pascal Dupraz avec qui le courant passait bien, et je sentais qu’il me faisait confiance. J’avais vraiment de très bons rapports avec lui et j’étais souvent avec le groupe professionnel. Ensuite, il y a eu le retour d’Alain Casanova, et ça a été plus compliqué pour moi. Même si je n’ai pas pu faire la préparation avec les professionnels à cause d’une blessure, je sentais qu’il n’avait pas confiance en moi. Par la suite, j’ai eu une opportunité pour aller à Nice, je l’ai saisi et j’ai donc quitté le Tèf."

Comment as-tu rebondi après ton échec au TFC ?

"À Nice, j’ai passé trois bons premiers mois ! J’étais souvent avec le groupe professionnel et j’ai joué un match amical avec eux durant une trêve. Ensuite, ça s’est un peu compliqué avec des blessures à répétition qui ne m’ont pas permis d’enchaîner les performances. C’est comme ça, c’est le foot, mais j’ai globalement passé une belle année à Nice !"

Quels sont tes meilleurs souvenirs au club ? Est-ce que tu as toujours des contacts avec certains joueurs de ta génération ?

"J’ai passé sept super années au Tèf ! J’en garde un super souvenir, notamment au centre de formation ! On était très proche, et soudé avec notre génération 1999. On a fait une belle épopée en Gambardella, mais avec des regrets de ne pas être allé plus loin (défaite face à Tours 2-1 en quart de finale, en 2018). Aujourd’hui, je suis très proche de Sam Sanna ! On se voit souvent : je vais voir ses matchs dès que je peux, et vice-versa. On se parle régulièrement après les matchs ! Ensuite, du centre, je suis resté proche de Paul-Alexandre Cachart ou encore Thomas Himeur. Jean-Christophe Debu prend aussi régulièrement de mes nouvelles, et je m’entends très bien avec lui."

En venant à Blagnac, tu as pu retrouver d’anciens Pitchouns comme Marc Vidal, Rémi Lacroix, ou encore Oumar N’diaye. Comment se passe votre début de saison ?

"Cette année, j’ai signé à Blagnac en National 3. J’avais envie de rejouer au milieu de terrain afin de prendre du plaisir, car c’est le poste dans lequel je m’épanouis le plus. Ici, à Blagnac, nous avons un groupe de qualité avec des joueurs qui sont, pour la plupart, passés par des centres de formation. Il y a vraiment une bonne alchimie entre la jeunesse et l’expérience ! En plus, nous avons de belles infrastructures ! Je pense d’ailleurs que l’on a le meilleur terrain de notre poule ! Le club a des ambitions cette année et je pense que nous pouvons jouer le haut du tableau si nous reproduisons des performances comme celle du week-end dernier (victoire contre le TFC 1-0) !"

Malgré tout, tu continues de suivre les résultats du TFC ? Quel est ton avis sur le rachat du club ?

"Je pense que c’est une bonne chose d’avoir de la nouveauté ! Après, il faut un peu de temps pour que la mayonnaise prenne, mais je suis confiant pour le club, surtout si Sam est sur le terrain (rires) ! Je pense que le club remontera en Ligue 1 d’ici 2 ans. Quoiqu’il arrive, je serai toujours un supporter du club, car c’est mon club d’enfance !"

Nos derniers articles