Sadran : "La crise met Newrest en grande difficulté", 150 millions de perte de chiffre d'affaires

Publié le 15 avril 2020 à 09:15 par JB

Olivier Sadran se bat actuellement avec Canal+ pour le paiement des droits télé et l’organisation d’une éventuelle reprise de la saison de Ligue 1. Le président du TFC doit également être au chevet sa société, Newrest, particulièrement impactée par la crise sanitaire que traverse la planète actuellement. Et d’un point de vue purement toulousain, ce n’est pas forcément une bonne nouvelle quand on sait que Newrest est partenaire principal du Tèf et que les bons résultats de cette entreprise ont permis jusqu’à présent de maintenir le club à flot financièrement.

Dans une interview pour RadioRadio Toulouse, Sadran a donné des nouvelles de Newrest : “Nous avons pu donner 20 000 repas à des hôpitaux et des soignants, notamment en utilisant les stocks à travers le contrat avec la SNCF. (…) L’ensemble des cadres de l’entreprise ont réduit leur rémunération de 30%. C’est une décision qui a beaucoup d’importance à mes yeux de façon à mettre en place un système de chômage partiel et ainsi couvrir les salaires de l’ensemble de nos salariés en Afrique et en Amérique du Sud, qui sont des zones où il n’y a pas d’aides des États. Nous avons créé une sorte de compensation et de transfert de flux pour permettre à nos salariés de ces régions du monde de subvenir aux besoins de leur famille. (…) Sur le mois d’avril, nous allons réaliser entre 20 et 30 millions d’euros de chiffre d’affaires, là où il était prévu de faire 180 millions d’euros. C’est une baisse excessivement importante et qui met la société en grande difficulté. Ce qui est certain, c’est que la reprise sera longue et complexe, puisque 70% de notre chiffre d’affaires est réalisé dans le ferroviaire et l’aérien. Il faudra du temps avant de retrouver des flux aussi importants que ceux qui existaient avant la crise. Nous sommes présents dans 58 pays, tout le monde ne va pas sortir au même moment du confinement. Actuellement, ce n’est pas la préoccupation, et à juste titre, mais on va devant une crise économique majeure avec une réduction importante du pouvoir d’achat partout dans le monde et bien sûr que tout ça va toucher Newrest dans sa capacité à retrouver des seuils de chiffres d’affaires qui étaient les nôtres avant la crise. Je pense qu’on ne retrouvera pas un niveau d’activité équivalant avant l’été 2022.

Nos derniers articles