Riolo : "En France, nous n'avons pas les outils pour retenir les jeunes comme Todibo"

Publié le 09 janvier 2019 à 17:36 par JB

Dans l’émission Breaking Sport de RMC Sport, Daniel Riolo a été invité à réagir au dossier Jean-Clair Todibo : “La France, c’est le pays qui exporte le plus de joueurs, à égalité avec le Brésil d’une année sur l’autre. Je prends souvent cette image : nos centres de formation, c’est un peu comme des grands champs d’orangers, mais c’est ailleurs qu’on prend le fruit. C’est ailleurs qu’on met en bouteille et qu’on tire le meilleur. Je ne pense pas qu’un joueur puisse totalement s’épanouir dans nos institutions qui ne sont pas assez fortes, à part deux ou trois clubs en France qui peuvent offrir ce qu’un joueur attend, c’est-à-dire de la compétitivité, de la progression et une carrière intéressante. Quand un joueur a des qualités, forcément il va vouloir les exprimer ailleurs, car on ne propose pas de projet intéressant dans notre football. C’est une réalité. On est obligé de faire avec. La carrière de Todibo, et je lui souhaite, peut ressembler à celle d’un Pogba ou d’un Varane. À mes yeux, ces joueurs ne sont footbalistiquement pas français. Oui, ils ont fréquenté les centres de formation en France, mais on sait tous que ça n’apporte aucune garantie. Comme dans tous les sports, il y a plein de jeunes qui sont très forts à 18 ou 19 ans, et qu’on oublie à 25. Il y a de multiples exemples. Donc Todibo, il va aller parfaire son apprentissage du football. C’est à Barcelone qu’il va travailler son intelligence de jeu et comment performer au plus haut niveau. Quel meilleur endroit ? C’est là-bas qu’on saura si oui, ou non, il est réellement fort. S’il revient, c’est qu’il n’aura pas répondu aux attentes. Et je ne lui souhaite pas. Mais, pour le moment, ça ressemble à Pogba et Varane, ou pire encore à Griezmann qu’on n’a même pas vu jeune en Ligue 1. On n’a pas les outils pour retenir les jeunes aujourd’hui…"

Nos derniers articles