Recrutement, les erreurs à ne pas reproduire en Ligue 2 pour le TFC

Publié le 08 mai 2020 à 09:00 par Samuel Cadène

Alors que le TFC va débuter la saison prochaine en Ligue 2, la rédaction du site LesViolets.Com vous propose un tour d’horizon des choses à faire et à ne plus faire - après avoir intégralement changé l’organigramme du club - pour remettre le bateau TFC à flot.

Cesser de recruter des joueurs aux passés reluisants

Qui dit nouvelle saison dit aussi baisse drastique des moyens financiers du club. En effet, à moins que les repreneurs chinois ne se manifestent prochainement, Olivier Sadran devrait rester aux commandes du navire et devra revoir sa manière de gérer son budget. Difficile donc d’imaginer pouvoir conserver un vrai pouvoir d’attractivité, reléguant de ce fait les recrutements de joueurs de la trempe de Said, Sanogo ou encore Vainqueur au second plan. À ces joueurs, pas toujours totalement impliqués dans la survie du club l’an passé, la cellule de recrutement devra plutôt regarder du côté des joueurs besogneux et au CV moins clinquant comme le fut un Yannick Cahuzac par exemple ou directement dans le centre de formation du club.

Clairement établir une hiérarchie au poste de gardien de but

Lovre Kalinic va quitter Toulouse à l’issue de son prêt au mois de juin et retourner à Aston Villa. De son côté, Baptiste Reynet n’a pas fermé la porte à rester en bords de Garonne malgré la relégation. Le TFC conserverait alors également Mauro Goiccochea dans l’effectif professionnel. Cela dit, le coach Zanko ou son successeur devra clairement établir une hiérarchie à ce poste clé. L’arrivée de Kalinic avait rendu furieux Baptiste Reynet qui pensait conserver son statut de titulaire. Afin d’éviter tout conflits en interne, donner une seconde chance à Reynet en tant que numéro 1 ne semble pas être une si mauvaise idée.

Arrêter de croire qu’un seul homme peut régler tous les problèmes

C’est clairement le mal qui ronge le TFC de l’intérieur. Depuis 3 ans, si ce n’est davantage, le club s’est trop reposé sur les performances individuelles d’un seul homme pour bâtir sa saison. On se souvient de l’exemple Ben Yedder en 2016 ou de Braithwaite l’année suivante. Les deux hommes, aussi doués soient-ils, n’ont pas pu faire mieux que de péniblement maintenir le club, chose que Max-Alain Gradel n’a pu accomplir que pendant deux saisons, avant de disparaître cette année (une blessure importante et seulement 3 buts).

Varier les profils au milieu de terrain

Dans ce secteur si crucial du jeu, le TFC ne dispose pas vraiment de profils variés entre les titulaires. L’hyper puissant Sangaré devrait partir, alors que le technique Manu Koné est d’ores et déjà courtisé. Depuis le départ de Trejo, le milieu de terrain semble réduit à un amoncellement de joueurs athlétiques, pas toujours à l’aise dans le jeu de passes longues, ni dans la relance. L’apport d’un joueur au profil similaire à Manu Garcia ou Oscar Trejo semble indispensable pour donner de l’allure et du volume à l’entrejeu téféciste dans un championnat aussi fermé que la Ligue 2.

Trouver enfin une charnière stable

Arrivé cet hiver en provenance du Molde FK, Ruben Gabrielsen a démontré malgré tout qu’il était un bon joueur et un défenseur au niveau. Le Norvégien, s’il était amené à rester, sera sans nul doute l’homme fort de la défense du Tèf l’an prochain. À ses côtés, il paraît inconcevable de conserver Agustin Rogel pour des raisons qu’il semble inutile de rappeler. Si le retour d’Amian dans l’axe aux côtés de Gabrielsen aurait de l’allure en Ligue 2, il y a fort à parier que le latéral droit tentera de quitter le club s’il en a l’opportunité. Bafodé Diakité sera aussi courtisé. Auquel cas, le profil défensif axial recherché devra se centrer sur un joueur capable de relancer proprement de derrière, quitte à accuser un défaut de taille que Gabrielsen viendrait alors compenser.

Nos derniers articles