Quels sont les motifs de satisfactions et d'espoirs pour le TFC ?

Publié le 08 octobre 2019 à 19:00 par JB

Les “Casa démission” résonnent encore dans toutes les têtes. Après la neuvième journée de Ligue 1, le TFC est barragiste avec 9 points. Si la crise est bien réelle, la rédaction du site LesViolets.Com a tenté de trouver trois motifs de satisfactions et d’espoirs.

Un gardien et un attaquant

L’an dernier, Baptiste Reynet avait perdu sa place de numéro 1 et Max-Alain Gradel était l’unique danger du TFC. Cette saison, Alain Casanova peut au moins compter sur un Reynet en forme et un Koulouris qui a déjà trouvé le chemin des filets à 4 reprises (plus une passe décisive). Reynet est le deuxième portier de Ligue 1 à réaliser le plus d’arrêts (60, à égalité avec Mandanda), juste derrière Rulli de Montpellier (63).
Le Grec, lui, a déjà marqué autant de buts que Leya Iseka sur toute la saison dernière. Pourvu que ça dure, car le foot avec un gardien et un attaquant, c’est quand même plus facile !

Du matos sur le banc

Si la défense semble particulièrement fragile, le Tèf semble pouvoir marquer à tout moment. Quentin Boisgard est un bon joker. Matthieu Dossevi perd petit à petit sa place au profit de Wesley Saïd, mais aura son mot à dire. Aaron Leya Iseka est capable de coups de folie comme à Saint-Étienne. Yaya Sanogo est même revenu de nulle part et intègre la rotation. Dans les prochaines semaines, Corentin Jean reviendra de blessure, tout comme Agustin Rogel et Gen Shoji pour renforcer l’arrière-garde toulousaine. Et certains Pitchouns auront probablement gagné en maturité comme Manu Koné qui semble à l’heure actuelle le plus proche du groupe pro.
L’entraîneur toulousain, qui s’entête dans son 4-3-3, a les hommes pour utiliser son secteur offensif avec un 4-2-3-1 ou un 4-4-2.

Un championnat particulièrement serré

Le TFC est barragiste. Certes, l’effet d’annonce peut faire peur. Mais Toulouse possède le même nombre de points que Lyon, Nîmes, Monaco et Strasbourg. Rennes, 10ème, ne pointe qu’à trois longueurs et Bordeaux, 4ème, possède 6 unités d’avance.
Certaines équipes, à l’image de Dijon et Metz ont également affiché des limites très importantes dans la course au maintien.

Et on se dit que ce serait bête de descendre en Ligue 1 juste avant l’explosion des droits télévisés…

Nos derniers articles