PSG - TFC : Les clés tactiques pour battre Paris

Publié le 23 août 2019 à 16:15 par Ghislain Correa

Ce dimanche (21h), les Toulousains s’offrent un déplacement de gala au Parc des Princes. Perturbés par leur récente défaite à Rennes (1-2), tourmentés par le feuilleton Neymar, les Parisiens n’ont jamais semblé aussi friables. La rédaction du site LesViolets.Com vous propose quelques idées tactiques pour mettre en difficulté le Champion de France.

Les compositions probables

Depuis le début de saison, Alain Casanova prépare son équipe dans un immuable 4-3-3, à l’image des deux premières journées. Mais à match exceptionnel, dispositif exceptionnel. Ce mercredi, l’entraîneur toulousain a organisé une séance à huis-clos afin de mettre en place une défense à 5. Nicolas Isimat-Mirin, tout juste arrivé, devrait être aligné en défense centrale aux côtés d’Amian et Diakité.
Reste une inconnue : Coach Casa alignera-t-il un 5-4-1 comme lors de son dernier déplacement à Paris, ou bien sacrifiera-t-il Dossevi pour conserver son trident Vainqueur-Sangaré - Makengo au milieu et recentrer Gradel aux côtés de Koulouris ? C’est cette seconde option que nous avons choisi de vous présenter :

Du côté du PSG, le vrai-faux départ de Neymar a considérablement perturbé Thomas Tuchel dans sa préparation tactique. Vaincu à Rennes le week-end dernier (1-2), l’entraîneur allemand devrait à nouveau présenter un système hybride en cette 3e journée. Annoncé en 4-3-3 au Roazhon Park, le Paris SG s’est, en fait, articulé autour d’un trio défensif Silva-Marquinhos-Diallo, laissant le binôme Cavani-Mbappé occuper le front de l’attaque. Au vu de la vague d’absences probables (Neymar, évidemment, mais aussi Herrera), les Parisiens pourraient obéir à la même logique, ou bien s'installer en 4-3_-3 avec une pointe basse (Gueye).

Reculer pour mieux contrer ?

Les plus tacticiens d’entre vous l’auront probablement remarqué : on se dirige vers une nouvelle opposition de 5-3-2, comme le Rennes - PSG de dimanche dernier. Dans un tel contexte, difficile d’imaginer un scénario différent. Pour un résultat similaire ?


Rennes (à gauche) domine le PSG (à droite) malgré une possession largement défavorable

Malgré une volonté de repartir de derrière (ce qui a amené le but gag de Cavani), les hommes de Julien Stéphan avaient logiquement abandonné la possession du ballon à leurs adversaires parisiens (62% à 38%). Pour autant, les Rennais n’ont été que très peu inquiétés (2 tirs cadrés subis) et ont réussi à contenir le PSG en alignant un bloc relativement bas.


La heatmap du PSG étouffé au milieu et incapable de se projeter dans les 30 mètres adverses

Mieux, le Stade Rennais a finalement imposé son rythme au PSG. En acceptant de subir par moment, les Bretons ont rendu chaque offensive dangereuse. Dans le sillage de l’adolescent Camavinga et du feu follet Del Castillo, décisifs sur le but victorieux, Rennes a profité de chaque ouverture pour s’engouffrer dans le bloc parisien. Se tapir dans l’ombre, pour mieux mordre au moment où la proie se découvre. Alain Casanova transformera-t-il ses troupes en prédateurs ce dimanche ?

Le PSG subit les centres

Si le Stade Rennais a fait si mal au PSG, c’est surtout grâce à l’activité de ses pistons. Essentiels dans ce système, Maouassa et surtout Traoré ont été impliqués dans chaque offensive rennaise. Passeur décisif sur le but de Niang, Hamari Traoré a, d’ailleurs, été l’un des Rennais les plus actifs, touchant pas moins de 68 ballons (meilleur total breton après Camavinga).


Sur l'action du 2nd but, 6 joueurs rennais sont dans les 25 derniers mètres parisiens

Si Rennes a fait la différence grâce à sa capacité de projection (voir l’image ci-dessus), le Paris Saint-Germain a montré une faiblesse étonnante sur les situations de centre. Les statistiques sont même effrayantes pour le club de la Capitale. En effet, les coéquipiers de Marco Verratti ont encaissé 3 buts en match officiel cette saison, tous face au Stade Rennais et tous suite à des centres venus de la droite.

Steven Moreira, pressenti pour évoluer au poste de piston droit ce dimanche, saura-t-il allier volume de courses et qualité de centres pour profiter des lacunes parisiennes ? Sur le flanc gauche, Issiaga Sylla parviendra-t-il à multiplier les courses et à remporter son duel avec Thomas Meunier ? Autant de matchs dans le match qui pourraient bien décider de l’issue de la partie…

Kelvin Amian au révélateur parisien

La saison dernière, Alain Casanova avait profité du déplacement au Parc pour aligner une défense à 5, déjà, afin de fermer les espaces aux attaquants parisiens. Titulaire dans l’axe de la charnière centrale, Kelvin Amian (21 ans) avait rendu une copie quasi-parfaite, que seul un exploit technique d’Edinson Cavani était venu entacher.


Le 24 novembre 2018, Amian (entouré) évoluait avec brio dans l'axe d'une défense à 5. Le TFC s’inclinait 0-1

Cette fois, l’international Espoirs a retenu la leçon. Et pour sa seconde titularisation supposée dans cette position, il compte bien diriger la défense toulousaine d’une main de maître. Aux côtés du nouveau venu Isimat-Mirin et du jeune Diakité, Amian ferait presque figure d’ancien, mais surtout de leader.

Un statut qu’il est temps d’assumer pour le Pitchoun, qui avait fait part de ses envies d’ailleurs durant l’été. Une masterclass ce dimanche, en muselant le duo Cavani-Mbappé au Parc des Princes et en prime time, pourrait le faire passer dans une nouvelle dimension. Celle des défenseurs de référence.

Avec toutes ces clés tactiques, Alain Casanova et son staff mettront-ils en place un plan apte à mettre ce PSG en difficulté ? Réponse ce dimanche, sous les yeux attentifs de la France du Football…

Nos derniers articles