Procès d'Andy Delort : la réaction de son avocat

Publié le 17 mai 2018 à 13:17 par Rédac

Le procès d’Andy Delort, pour conduite sous l’empire d’un état alcoolique, s’est déroulé mercredi au tribunal de Toulouse (lire ci-dessous).

Au micro de France Bleu, l’avocat de Delort, Me Antoine Regley, s’est exprimé à la sortie du tribunal : “Aujourd’hui, c’est déjà une première victoire pour nous. Les nullités que nous avons envoyées au procureur de la République ont été convaincantes. On avait dit que l’agent de police judiciaire n’était pas compétent pour faire le dépistage ; que le dépistage était nul ; et que l’éthylomètre utilisé n’était pas bon. Ça, pour tout le monde, c’est acquis, même pour le procureur de la République, alors que, d’habitude, ils se battent là-dessus. C’est quoi l’ivresse manifeste ? C’est tituber, c’est ne pas être maître de soi, c’est avoir l’élocution pâteuse. À aucun moment, Andy Delort n’a été foufou. Il a été extrêmement respectueux avec les forces de l’ordre. Il a respecté ce qu’on lui a dit de faire. Il sentait simplement l’alcool, comme moi si je bois un verre, et il avait les yeux rouges, comme n’importe qui à 5 heures du matin. Quand il est présenté au commissariat devant un officier de police judiciaire, donc un gradé, l’ivresse manifeste n’est absolument pas reconnue. C’est juste que, maintenant, le Procureur se rend compte que la procédure n’est pas bonne et il essaye de se raccrocher aux branches en disant que c’est une ivresse manifeste… qui n’existe pas. La procédure ne montre pas qu’Andy aurait été manifestement ivre. Nous avons donc plaidé la relaxe. J’ai plutôt bon espoir. Dans le dossier, il n’y a rien qui prouve qu’il était ivre.

De son côté, le Procureur a requis l’annulation du permis de conduire de Delort pendant 6 mois et une amende de 10 000 euros. La décision a été mise en délibéré le 6 juin prochain.

Nos derniers articles