Premiers contrats pro : Voici comment Comolli a aussi profité d'une astuce de Sadran et Soucasse

Publié le 30 juillet 2021 à 15:30 par JB

Ces derniers mois, de nombreux joueurs français ont quitté leur centre de formation sans signer de contrat professionnel pour partir à l'étranger. Cela a été récemment le cas d'Alexis Tibidi, formé au TFC, qui a rejoint Stuttgart. Face à ce phénomène, plusieurs présidents, dont Damien Comolli, réclament un allongement des durées des premiers contrats pro, de trois ans actuellement à cinq ans (lire ci-dessous).

Pourtant, Comolli a pu bénéficier d'une astuce mise en place par Olivier Sadran et Jean-François Soucasse pour la quasi-totalité des derniers Pitchouns qui ont signé... quatre ans. Voici comment fonctionnait l'ancienne direction : au moment de la signature du premier contrat professionnel, les Adil Taoui, Manu Koné ou encore Amine Adli se sont tous engagés pour trois ans et ont également signé un avenant pour une prolongation d'un an, antidaté, qui entrait en vigueur automatiquement six mois plus tard. Voilà comment, par exemple, Koné et Adli, passés pros en 2019, auraient pu se retrouver en fin de contrat lors du mois de juin 2021, mais, grâce au duo Sadran - Soucasse, étaient liés au TFC jusqu'en 2022 avec le plus petit salaire possible (5000 euros par mois).

Certains joueurs se sont demandés si cette pratique était légale. Damien Comolli en a donc profité, même si un couac a concerné un joueur en particulier. En effet, Janis Antiste s'était engagé en 2019 pour la même durée (3 + 1)... sauf que l'avenant avait été signé par Jean-François Soucasse, en poste à l'époque et que la prolongation n'a pu être homologuée qu'à partir du 18 août 2021, au moment où l'attaquant a fêté ses 18 ans. Mais à cette date, Soucasse avait quitté le Tèf et le contrat était donc caduc. Comolli a bien tenté de faire signer à Antiste une prolongation, mais qui l'a toujours refusé jusqu'à présent. Ainsi, le Pitchoun aurait pu être lié avec le Tèf jusqu'en 2023, mais ne l'est finalement que jusqu'en 2022 et le risque de le voir partir cet été existe bel et bien.

Nos derniers articles