Portrait de supporter : Jean-Baptiste, le groundhopper qui voyage avec son maillot du TFC

Publié le 13 October 2020 à 14:00 par Cédric Polizzi

Toujours accompagné de son maillot ou d’une écharpe du TFC, Jean-Baptiste est connu pour ses nombreux voyages à répétitions dans les différentes enceintes du football mondial. Aujourd’hui, la rédaction du site LesViolets.Com vous propose de partir à sa rencontre.

Quels sont tes premiers souvenirs de supporters du TFC ?

"Je ne me souviens plus exactement de mon premier match, mais deux rencontres m’ont clairement marqué : en 2000, on mène 2-1 à la mi-temps contre le PSG sur un doublé de Dieuze, et je me souviens que le jeune Nicolas Anelka était rentré à 20 minutes de la fin. Il nous avait mis la misère. Paris s’était imposé finalement 3 à 2 chez nous. Il y avait une très belle ambiance et le stade était bien rempli à cette époque-là.
Le second souvenir que j’ai, c’était en 2003 contre Lens en Coupe de France. On était en Ligue 2 et eux en Ligue 1. Et on gagne 1-0 sur un but de Bancarel ! J’ai fait plus de 170 matchs au Stadium, donc je garde pleins de bons souvenirs !"

Tu voyages à travers les différents stades d’Europe, tout en portant le maillot ou l’écharpe du TFC. Raconte-nous ce projet !

"Oui, je suis ce que l’on appelle un groundhopper : je voyage principalement en Europe et j'essaie de voir le plus de matchs possibles. Aujourd’hui, je compte plus de 500 matchs et plus de 200 stades à mon actif, principalement en France, en Espagne, et au Portugal.
Cette passion s’est découpée en 3 temps : j’ai toujours adoré les voyages. Avec un ami supporter toulousain, on voyageait tout le temps dans le but de voir au moins un événement sportif comme un Masters 1000 par exemple. À cette époque, on passait entre un week-end et une semaine sur place.
Ensuite, j’ai commencé à voyager seul avec pour objectif d’aller voir uniquement des matchs de football. J’aime beaucoup Porto pour sa passion du football, sans pour autant connaître la ville. Il y a une belle ferveur, les stades sont tous à côté, donc en peu de temps, on peut voir un maximum de matchs ! J’essaie d’y aller deux fois par an.
Beaucoup de personnes de mon entourage ne comprennent pas cette passion, ils me chambrent et me charrient, mais cela ne me dérange pas. J’aime ma passion et la faire partager. Au fur et à mesure, on noue des liens avec les supporters du coin. Aujourd’hui, j’ai pas mal d’amis à Moreira de Conegos (Moreirense, équipe de Liga NOS portugaise) ! Si un jour vous y allez, regardez bien dans les bars aux alentours du stade, il y aura forcément une de mes écharpes en place !
Cette passion me demande énormément de temps, avec ma famille et mon poste de directeur sportif dans un club de tennis, je dois m’organiser à l’avance pour partir sur un week-end et réaliser le plus de matchs possibles. Je remercie ma compagne qui est conciliante à ce sujet ! Aussi, je suis toujours abonné au TFC, mais je dois avouer que ces dernières années, j’ai eu beaucoup de mal à comprendre mon club…
Depuis 2008, j’ai pu voir de belles affiches comme Espanyol Barcelone - Seville à l’époque, au stade de Montjuic. J’ai aussi fait le mur Jaune de Dortmund, deux fois, L’Eintracht Francfort, un match de D2 Japonaise à Tokyo, le O’Classico Porto - Benfica cette année, le retour de la Juve de Del Piero en Ligue des Champions après leur suspension. La seule vraie déception que j’ai eue, c’est le derby madrilène au Wanda Metropolitano il y a 2 ans : 0-0, avec un match fermé, une ambiance décevante et j’avais payé ma place extrêmement chère. Je voyage tout le temps avec mon maillot ou mon écharpe du TFC. C’est un signe distinctif qui me permet d’être directement reconnu, puis il m’arrive souvent d’échanger mon écharpe ou mon maillot contre ceux de l’équipe locale où je me trouve. Il m’arrive aussi d’aller visiter les stades lorsqu’il n’y a pas de match. En France, c’est plus compliqué, mais à l’étranger, j’arrive toujours à y accéder. C’est un véritable mode de vie ... Certains voyages me prennent des heures et des heures de travail, mais ça vaut souvent le déplacement. D’après l’application que j’utilise, je fais parti des 15 Français qui ont fait le plus de stades !
Pour moi, le match est bien souvent secondaire, je viens rencontrer des personnes d’une autre culture, qui partage la même passion que moi et qui ont des choses à raconter. Chaque club, chaque supporter, possède une culture différente, une histoire différente, et c’est un plaisir d’échanger avec eux."

Quel est ton meilleur souvenir à travers ce "Stadium Tour" ?

"J’en ai beaucoup ! La découverte de l’Eintracht Francfort avec mes deux amis toulousains, Marco et Zaza, c’était incroyable. J’ai adoré mes road-trips au pays basque, car il y a pleins de clubs de Liga comme Eibar, Bilbao, Osasuna Pampelune ou encore Alaves. J'ai aussi eu la chance d'assister au premier triplé de Wissam Ben Yedder avec Séville sur le terrain de la Réal Sociedad ! J'ai tout de même un gros coup de cœur pour les clubs d’Eibar et Moreirense. J’ai d’ailleurs écrit deux articles sur ces équipes pour le site au-stade.fr."

Quels déplacements as-tu réalisés avec le TFC ?

"J’ai en tête une victoire 1-2 en 2007 au Vélodrome avec des buts d’Emana et Elmander en début de match. J’ai également fait plusieurs fois le déplacement à Montpellier où j’ai pu voir le premier but d’Emana en professionnel, et le somptueux but d’Imbula. J’étais également présent à Chaban-Delmas en 2007, lorsque nous étions menés 3-0 à la mi-temps (défaite 4-3), et qu’Elmander claque un triplé en mettant un grand coup de pied dans le panneau publicitaire juste en bas du parcage. Enfin, j’étais aussi à Furiani pour un 0-0 en 2013.
Même quand je suis en déplacement dans le monde, j’essaie de toujours de regarder le Tef jouer !"

Quel est ton joueur qui t’a le plus impressionné depuis que tu supportes le Tef ?

"J’ai une grande affinité et un profond respect pour Elmander, il m’a clairement fait vibrer. Il symbolise à lui tout seul la rage de vaincre, et le côté guerrier que devrait avoir pour moi tout joueur qui joue en professionnel. Il est à l’origine de mon retour au Stadium, car j’avais un peu lâché durant quelques années, mais j’ai vraiment adoré le joueur.
D’ailleurs, je vais souvent voir les anciens toulousains dès que cela est possible : Jérémy Mathieu au Sporting Portugal, Emmanuel Rivière qui cirait le banc à l’Osasuna Pampelune, je projette d’aller voir Yann Bodiger que vous avez interviewé récemment à Cadix : je combine ma passion des matchs et mon club de cœur avec ces matchs-là."

Quelles sont tes prochaines destinations ?

"Là, avec le COVID c’est compliqué, mais je compte aller en Suisse, à Istanbul, au derby de Casablanca, et à une destination exotique comme l’Islande ou les Îles Féroé. Pour ceux qui veulent me suivre sur les réseaux sociaux ou qui veulent des infos sur les matchs à l’étranger voici ma chaîne Youtube et mon Twitter : bj zalka."

Que représente le site LesViolets.Com pour toi ?

"Une équipe de passionnée, au service de nous les supporters. Franchement un grand bravo à vous pour le travail effectué depuis de nombreuses années !
En toute franchise, le site représente beaucoup de choses pour moi : déjà, quand je voyage, je regarde tout le temps pour me tenir informer de la composition, des réactions, du classement, etc. Forza Viola !"

Nos derniers articles