Philippe Montanier : de l'ombre à la lumière, la relance parfaite

Publié le 22 mai 2022 à 12:55 par Auxnce Cames

Au terme d’une saison exceptionnelle, le TFC a validé son retour dans l’élite avec la manière ! Si cet exercice 2021/22 inoubliable a récompensé un groupe qui a su faire tomber plusieurs records, le crédit revient également au staff violet, et plus particulièrement au coach Philippe Montanier. Le natif de Vernon, qui a réussi à installer durablement un jeu plutôt emballant, est aussi l’un des principaux artisans du septième trophée majeur du club. Et pourtant, tout ne fut pas si simple au départ… Retour sur les onze mois qui ont abouti à cette réussite plus que méritée.

30 mai 2021, soit environ un an presque jour pour jour. Malgré une victoire à la Beaujoire, Toulouse s’incline à l’issue d’un barrage qui restera en travers de la gorge de tous les supporters violets. Dans la foulée, Damien Comolli annonce le départ de Patrice Garande, qui a payé cet échec final. Le TFC devra donc enchaîner une seconde saison en Ligue 2 pour espérer remonter, reste à trouver un nouvel entraîneur taillé pour le projet.

Une arrivée contestée

Après plusieurs semaines de rumeurs, Comolli présente le 23 juin ses nouveaux hommes de confiance : Philippe Montanier, accompagné de Michaël Debève. Les premières réactions ne se font pas attendre, et elles sont particulièrement pessimistes : « J’ai l’impression qu’on perd au change, franchement on aurait dû garder Garande », « honnêtement, ça fait pas rêver », « on devient fou dans ce club ! », tandis que Daniel Riolo et Jérôme Rothen se fendent aussi d’une intervention ironique. L’arrivée de Montanier se fait donc dans un climat hostile, pourtant, son CV comporte plusieurs atouts : ancien de la maison, l’ex-gardien de but a défendu les cages toulousaines entre 1994 et 1997 et connaît bien les installations du Stadium, à l’instar de son adjoint. Durant sa carrière d’entraîneur, il a brillé avec Boulogne, Valenciennes et la Real Sociedad, avant d’enchaîner des expériences récentes plus mitigées. Son dernier passage raté au Standard de Liège démontre que sa trajectoire prend un mauvais virage, et le sursaut du TFC arrive au bon moment pour lui. Dès sa première conférence de presse, le ton est donné avec un credo qui va rester dans les têtes : le fameux « maintien dans les deux premières places », pour lequel il possède un contrat de deux ans.

Un accomplissement individuel et collectif

Avec un groupe encore en construction, Philippe Montanier fait ses grands débuts par un match nul contre l’AC Ajaccio devant un peu plus de 4000 curieux. Il enchaîne ensuite plusieurs succès consécutifs qui vont permettre aux Violets de rapidement caracoler en tête du Championnat. Encore invaincu jusqu’à la 11ème journée, il ne fait aucun doute que le TFC jouera les premiers rôles cette année. Malheureusement, la première défaite face à Caen va lancer ce qui va s’apparenter au « coup de mou » de la saison : une série de plusieurs matchs nuls (Amiens, Paris FC, QRM,…), tout de même ponctuée par le 6-0 auxerrois, qui va freiner des ardeurs. Lorsque le titre symbolique de champion d’automne s’échappe, les critiques ressurgissent, mais l’essentiel est ailleurs : le Tef boucle 2021 avec seulement deux revers. En parallèle, le club effectue aussi un très bon parcours en Coupe de France en se hissant jusqu’en 8èmes de finale, même si l’élimination surprise contre Versailles pourra laisser quelques regrets. Finalement, cette claque se révèle être un mal pour un bien : pleinement focalisé sur la Ligue 2, le groupe du coach Montanier se transforme en rouleau-compresseur.

Leader incontesté à partir de la 21ème journée, le TFC passe les matchs-clés avec succès et ne lâchera plus sa couronne. Montée validée contre Niort, titre assuré face à Nîmes, la Ville Rose peut rugir de plaisir.

Un groupe plus réceptif et taillé sur-mesure

Malgré des doutes concernant la qualité du jeu proposé, Philippe Montanier a su appliquer à son onze un jeu offensif et attrayant, qui a fait rayonner son attaque. Il n’est pas non plus étranger au remplissage progressif du Stadium, qui a un temps sonné creux avant d’atteindre les guichets fermés. Hormis des résultats sportifs brillants, l’entraîneur a également créé une vraie alchimie avec ses joueurs, comme l’ont témoigné Stijn Spierings et Branco Van den Boomen. Lors de leurs interviews respectives, les deux Néerlandais étaient unanimes : « nous jouons plus au football ! » expliquait le dernier cité, en taclant au passage Patrice Garande. Capable de changements tactiques en cours de match, l’ancien entraîneur de Lens a surtout privilégié le 4-3-3 cette saison. Un système de jeu qui lui a donné raison, puisqu’il a permis la montée en puissance des cadres (VDB, Healey), une meilleure efficacité des recrues (Nicolaisen, Ratão), ou encore l’éclosion des Pitchouns Ngoumou et Rouault.

Dans l’histoire du TFC et de la Ligue 2

En l’espace d’une dizaine de mois, Philippe Montanier a convaincu les sceptiques pour afficher un bilan qui a correspondu aux attentes : avec 79 points, 23 victoires, 10 nuls et 5 défaites (comme le quota maximal fixé par le président), le titre a donc logiquement été acquis. Aux commandes de la meilleure attaque de l’histoire de la seconde division, avec 82 pions et plusieurs déculottées mémorables, il est aussi rentré dans l’histoire du club violet en rajoutant une septième ligne au palmarès. Cerise sur le gâteau, son travail a justement été salué par ses pairs à travers son trophée UNFP de meilleur entraîneur de L2, le deuxième de sa carrière. "C'est Philippe qu'il faut féliciter. Ce trophée représente un travail qu'il a effectué toute la saison et notamment sur la deuxième partie du championnat où on a marqué un nombre incalculable de buts ce qui a permis d'être promu et champion (…), c'était magnifique. Une des raisons pour laquelle les gens sont revenus au stade, c'est grâce au travail de l'entraîneur parce qu'on a joué un football attractif" a reconnu Damien Comolli, lors de la cérémonie de remise des trophées.

Confirmé aux rênes de l’équipe pour la saison 2022/23, Montanier se prépare avec ses joueurs à défier les écuries de la Ligue 1. Objectif : prolonger le renouveau des Toulousains avec ferveur et ambition, en s’inspirant d’une année qui restera à jamais gravée dans les mémoires.

Nos derniers articles