Pelouses d'entraînement du Stadium : les mesures d'urgence prises

Publié le 01 décembre 2019 à 00:00 par JB

Dimanche dernier, un membre de l’ADIST a pu discuter avec Olivier Sadran. Les propos du président toulousain ont ensuite été relayés sur les réseaux sociaux de l’association et sur LesViolets.Com, notamment sa volonté de payer de sa poche les travaux nécessaires pour retrouver un centre d'entraînement de haut niveau. Selon Sadran, la métropole s’opposerait à cet investissement.

Suite à cette diffusion, les échanges se sont multipliés cette semaine entre le club et les élus. Antoine Kombouaré a même publiquement dénoncé les installations de faible niveau (lire ci-dessous). En attendant l’entrée en vigueur de la nouvelle convention, prévue au 1er janvier 2020, qui devrait permettre d’obtenir des pelouses d’entraînement de bonne qualité à compter de l’été prochain, trois mesures d’urgence sont en cours de validation. Une réunion entre Toulouse-Métropole, la direction du TFC et Antoine Kombouaré va s'organiser. La rédaction du site LesViolets.Com est en mesure de vous les dévoiler :

> Le responsable des jardiniers du Stadium devra dorénavant indiquer à Antoine Kombouaré sur quel(s) terrain(s) annexes il pourra entraîner ses hommes. Actuellement, l’annexe 2 est en chantier jusqu’à la semaine prochaine. L’entretien du terrain annexe 1 se fera dans la foulée.

> Le club devra mieux communiquer en interne, notamment entre les pros et le centre de formation, pour savoir sur quel terrain s’entraîner et éviter une sur-utilisation de certaines pelouses.

> Les professionnels pourront exceptionnellement s’entraîner lundi après-midi sur la (belle) pelouse du Stadium.

À l’issue de cette saison, la Métropole demandera au TFC de ne plus utiliser les pelouses d’entraînement pendant 10 semaines afin d’obtenir une qualité digne de celle du Stadium. La récupération des terrains de Daniel Faucher, derrière le centre de formation, permettra de donner plus de souplesse à toutes les équipes du Tèf et de ne pas utiliser toujours les mêmes terrains, ce qui favorise leur détérioration.

Nos derniers articles