Nîmes 1-2 TFC : Un déplacement made in TFC, et j'y étais pour vous !

Publié le 23 décembre 2021 à 11:00 par Cédric Polizzi

Par Cédric Polizzi, 

C’est une sensation spéciale. Un déplacement, sans les Indians, sans tambours, sans drapeaux, et même sans supporters adverses, puisque les Gladiators sont en grève depuis plusieurs semaines. La préfecture de Nîmes et le club des Crocos mettant des bâtons dans les roues pour se rendre aux Costières, le club nous a affrété un bus pour aller voir le match. Gratuit, et avec du personnel de sécurité à l’intérieur. Une initiative que je tiens à souligner, car c’était bien sympa. L’ambiance dans le bus est forcément moins festive qu’un déplacement Indians, mais il y avait une bonne ambiance quand même !

On chante pour notre ville et nos quartiers sur un air du Petit bonhomme en mousse de Patrick Sébastien : "Empalooot-lo-lo-lo-looo ! Les Izards-zar-zar-zar-zaaar ! Le Mirail-rail-rail-rail-raiiiil ! Lo Lo Lo Lo Looo !". Une partie du bus chantera également pour notre site sur le même air "Les Violets-les-les-les-leeees !". Des fous, mais c’était dingue. Un moment dont je me souviendrai. J’en profite pour vous remercier d’être de plus en plus nombreux à nous lire chaque jour !
Arrivé sur l’aire d’autoroute à proximité de notre destination finale, on récupère les personnes devant nous rejoindre. On a le temps de chanter un Se Canto et à la gloire de Rhys Healey, lauréat du mois de novembre au trophée UNFP. La gendarmerie nous escorte par la suite jusqu’aux Costières et de nombreux CRS nous attendent. Vous comprenez, c’était un match à haut risque avec approximativement, zéro membre des Gladiators dans le stade, alors c’était forcément nécessaire de prendre toutes ces mesures. Certaines personnes n’aiment pas le football dans le Gard.

Place récupérée, on s’installe en parcage, on est une soixantaine. Le stade sonne creux, bien loin des grandes soirées de football. On apprend qu’il n’y a pas de sandwich à la buvette. Coup dur, mais ça ne nous empêche pas de chanter : "y a pas de sandwich, à la buvette ! Y a pas de sandwich à la buvette !". À l’entrée des joueurs, un feu d’artifice est déclenché derrière la tribune Est, tribune alors réservée aux Gladiators. Les joueurs prennent le temps de nous saluer, et le match commence ! Et il démarre bien, puisque van den Boomen délivre une galette sur la tête de Rasmus Nicolaisen pour ouvrir le score. 0-1, et le parcage chante en coeur "Tou-lou-sains !". Le Tef prend les choses en main, maîtrise le ballon. Mais on sent quand même Mvoué et Genreau fragiles, parfois à deux doigts de perdre des ballons importants dans l’entrejeu. Puis, vous connaissez le TFC. Petit à petit, on se met à reculer et à se faire prendre dans la profondeur. Benhraou et Koné ont l’opportunité d’égaliser, mais Nicolaisen et Dupé veillent. Les deux ont d’ailleurs réalisé un (très) bon match, selon moi.

À la mi-temps, je me fais plusieurs réflexions. Tactiquement, on fait face à un bloc un peu plus solide que samedi. Mais les absences de Ratao et Ngoumou pèsent aussi. Le jeu en profondeur que l’on avait en Coupe de France, avec de la vitesse, on ne le retrouve pas ce soir. Deuxièmement, l’absence de Spierings se fait aussi sentir à la récupération et à la relance. Enfin, je note un très bon match de Desler, qui aurait dû réaliser une passe décisive, si Rhys Healey n’avait pas totalement manqué sa frappe. Sinon, un membre de la sécurité du TFC m’a passé son sandwich qui lui était destiné. Un nouveau geste sympa que je tenais à souligner.

Le match reprend et les Violets ont une nouvelle fois l’opportunité d’aggraver le score : Healey, légèrement excentré croise trop sa frappe, pourtant en bonne position. On sent quand même l’ombre d’une fin de match tendu qui se dessine. Une fin de match si TFC. Cela dit, ça n’empêchera pas Healey de marquer (enfin) son but, avec un plat du pied au second poteau. 0-2. Malheureusement, Cubas viendra mettre une petite clim dans le parcage, avec un but venu d’ailleurs. L’équipe se met à reculer et à défendre. La triple occasion sur la cage de Maxime Dupé me fera tenir en apnée 10 secondes. Willy Delajod siffle la fin du match et c’est comme une délivrance ! Toulouse sera deuxième pendant les fêtes. Les joueurs viennent fêter ça avec nous, Bibiche nous annonce qu’ils peuvent plus passer de maillots car "il n’y en a plus en stock. En janvier ça ira mieux !" et Comolli viendra s’excuser et remercier le parcage. Le retour en bus sera passera dans le calme.

Je tenais à remercier toute la direction et le personnel de sécurité du TFC qui ont permis ce déplacement, assez particulier. On a une chance d’avoir une direction si ouverte aux supporters. On sait d'où l'on vient, tout ce qu'on a traversé, alors c'est important de le dire. Enfin, je tenais à dire que les déplacements, ça reste une expérience unique. J’ai fait tellement de rencontres grâce à cela, grâce aux réseaux. On a une belle communauté, une belle équipe. Passez de bonnes fêtes, et on se retrouve en masse pour la réception de Nancy ! Forza Viola !

Nos derniers articles