Nancy 1-3 TFC : Les notes des Toulousains

Publié le 02 December 2020 à 20:25 par Arthur Stroebele

Après le succès du TFC à Nancy (1-3) , découvrez les notes attribuées (sur 10) par la rédaction du site LesViolets.Com aux joueurs toulousains…

NOS TOPS

Brecht Dejaegere (7,5/10) : La Belgique a un nouveau roi. Passeur décisif pour Healey (54e), auteur de l’ouverture pour l’Anglais sur le penalty (64e), il fait tout. Et parfaitement. Même ses conseils à Moussa Diarra, qui le remplaçait en fin de rencontre, ont transformé le Pitchoun. Personne ne sait comment on prononce son nom, mais tout le monde est d’accord sur une chose : filez-lui une rue à son nom.

Rhys Healey (7,5/10) : Un superbe but (54e), avec un enchaînement technique de classe, et un penalty parfaitement obtenu (65e) : l'Anglais s’impose. Une hype commence à monter chez les supporters toulousains : attention, tout de même, le contenu très moyen de son match face à Niort et la première mi-temps insipide contre Nancy demandent à rester modérés. Un cas d’école pour les observateurs : retient-on le contenu, ou le résultat ? Mais passé la 45e, devant le but, Healey chaud.

Manu Koné (6/10) : Dans son rôle de relayeur, le numéro 8 du TFC joue - presque à chaque sortie - une bonne partition. Complément idéal de Spierings, Dejaegere ou Van den Boomen (suspendu mardi soir). Certains lui reprocheront son inefficacité devant le but : si en plus il commence à marquer, vous pourrez très vite lui dire ciao, à Manu.

RAS (ou presque)

Stijn Spierings (5,5/10) : La sensation est étrange. Presque inconnue. Le pouls ne s’emballe pas, les pensées négatives s’envolent loin de votre esprit. Vous êtes calme. Non, vous n’êtes pas en train de faire du yoga. Le TFC vient juste d’obtenir un penalty, et Stijn s’est saisi du ballon. Bon voyage, au fond des filets.

Deiver Machado (5/10) : Il y a moins de trafic sur la rocade à 18h que dans son dos. Néanmoins, le Colombien se bat, contre-attaque bien et sait conserver le ballon quand il le faut. Intouchable à gauche, Omar Sy peut être fier de son sosie.

Steven Moreira (5/10) : Compense ses défaillances tactiques par ses aptitudes physiques, mais la défense centrale n’est pas son terrain de jeu. Brouillon dans la relance. Dans la lignée des Moreira toulousains, il ne fera assurément pas oublier Daniel mais reste un bon élément du TFC version Ligue 2.

Maxime Dupé (4,5/10) : Malheureusement pour la BAC - son nouveau surnom dans le groupe - plusieurs caméras ont capté sa très mauvaise sortie en début de rencontre. Et sans floutage. Le droit à l’information prime et nous oblige à constater que, sur les coups de pied arrêtés, il y a un vrai souci. Pas aidé par ses troupes sur le but nancéien (25e).

Sam Sanna (4,5/10) : L’ouverture du score arrive de son côté. Peu en vue pendant les 80 minutes passées sur le terrain, le Pitchoun n’a pas su bousculer la hiérarchie des dernières semaines. Trop tendre, à un poste de piston qui - rappelons-le - n’est pas le sien. Mais étant donné que le commentateur a passé son temps à le confondre avec l’excellent Dejaegere, il aura au moins gagné le cœur d’une personne ce mardi soir.

NOS FLOPS

Anthony Rouault (4/10) : Le professeur Rouault est enfin vacciné. Comme un bon Pitchoun version 2020, après Adli, Antiste et Diakité, il a lui aussi pris son rouge (70e). Un match à contretemps, aussi bien sur le but de l’ASNL où il tarde à sortir sur Biron que sur sa très mauvaise relance qui amène l’exclusion. C'est le métier qui rentre !

Ruben Gabrielsen (4/10) : La démarche d’un Mohamed Fofana, l’assurance d’un Dragos Grigore un soir de mars au Stadium, face à l’OM. Sauf que ça fait trois mois que ça dure, et que c’est face à Chambly, Niort ou Nancy. Ru-banc Gabrielsen.

Vakoun Bayo (2/10) : Le match face à Grenoble était décidément un OVNI. Toulouse avait perdu un match à l’extérieur, et Bayo avait marqué. Deux fois, même. Depuis, rideaux. L’Ivoirien ne montre rien, et ne devrait pas tarder à rejoindre Koulouris au rang des buteurs bannis. Vakoun, il souffre, Bayo.

À noter les très bonnes entrées de Nathan Ngoumou et Moussa Diarra, très appliqués et à propos alors qu’ils avaient été décevants dans les rares minutes jouées depuis le début du championnat. Quant à Amine Adli, sa présence sur le banc n’était explicable que par l’enchaînement des matchs : il est entré, il a frappé, il a marqué (93e), il est reparti. Quelle A-mine en pleine lucarne, mesdames et messieurs !

Vous pouvez noter vous-même les joueurs du TFC après cette rencontre en cliquant ici : https://www.lesviolets.com/evaluation/

Nos derniers articles