Montpellier 2-1 TFC : "Ambition Europe contre ventre mou"

Publié le 14 avril 2019 à 20:00 par Pierre Pambrun

A la Mosson, le temps est magnifique, la pelouse impeccable et les Indians bien présents derrière le but montpelliérain. Côté compo’, Casanova repart sur le onze qui a battu Nantes, à l’exception de Cahuzac qui prend la place de Garcia.

La partie s’engage sans round d’observation, avec beaucoup de mouvement chez les deux équipes. Durmaz, premier artilleur, vendange, contrairement à Delort qui cadre. L’ancien Violet allume Reynet, mais celui-ci repousse. Au quart d’heure, Le Tallec loupe l'ouverture du score d'un orteil après s’être jeté devant le but. La suite de la rencontre se montre équilibrée avec des incursions de part et d’autre et des ballons très disputés. Les locaux restent cependant les plus dangereux. Comme à la 40ème quand, après une mauvaise relance de Jullien, ils lancent une offensive. Sylla, plutôt bon jusque-là, se loupe, heureusement Laborde rate sa frappe, au-dessus. Puis, juste avant la pause, Mollet enroule un bon coup franc sur lequel Reynet ne bouge pas. A côté ! Ouf.

Mi-temps. 0-0. Amian valide l’organisation tactique de son équipe qui fait un bon match, mais regrette son manque d’occasions et les contres adverses. Devant sa TV, Papy confirme : "agréablement surpris par qualité du jeu, on recule moins et sans cagades". Cahuzac, avant de rejoindre le pré, demande une meilleure sécurisation de la surface et d’être attentif dans les couloirs.

Peu après la reprise, Delort centre, Laborde prend le dessus sur Shoji, Reynet regarde le ballon qui passe près du poteau. Sans conséquence. On retrouve le Sétois, très en jambes, deux minutes plus tard avec un tir dont le rebond trompe notre portier qui ne peut que relâcher. En réponse, le TFC attaque par un une-deux Durmaz - Sangaré. Malheureusement, Lecomte capte la tentative de ce dernier. Le jeu est libéré, et, à toute vitesse, Aguilar mange le côté gauche toulousain. Sous le regard spectateur de Gradel, il enrhume Sylla, centre fort, Skhiri reprend et trompe un Reynet surpris et trop mou, dans la lucarne. 1-0. A l’heure de jeu, Leya Iseca et Dossevi sont rentrés. Sur un corner toulousain, il y a du monde dans la surface. Sidibe en profite et égalise du point de penalty ! 1-1. On arrive à la 74ème, marquée comme il est d’usage chez les Héraultais par le traditionnel hommage à leur éternel président : "Ohé, ohé, Lou-Lou, Lou-Lou !". Dans le dernier quart d’heure, notre défense n'arrive pas à se dégager. Camara devance Jullien, reprend un centre de la tête et marque, trompant Reynet qui ne sort pas et plonge une nouvelle fois en mode enclume. 2-1. L’entrée tardive de Garcia ne change rien, malgré une balle frappe de loin de Dossevi, juste au-dessus de la transversale. Les dernières opportunités sont pour les locaux qui ne concrétisent pas, mais emportent la victoire.

Malgré un premier acte plutôt abouti côté Téfécé, l’ensemble de la partie a mis en lumière deux ambitions différentes. Les coéquipiers d’Andy Delort se donnent les moyens d’aller chercher une place européenne tandis que les hommes de Casanova s’accrochent dans le ventre mou du ventre mou, gardant toujours un œil dans le rétroviseur. En effet, les aptitudes offensives des Héraultais furent beaucoup plus tranchantes que les timides incursions des Haut-Garonnais, pas aidés par un Baptiste Reynet toujours la tête dans le sac… Pas de doute : le plus fort en attaque a gagné !

Nos derniers articles