logo lesviolets.com
croix occitane
Philippe Montanier : "Christophe Galtier a l'envergure pour entraîner le PSG"
Montanier : "Parfois, avec la data, on se dit que le joueur est intéressant mais que l'homme ne va pas coller"

L’utilisation de la data rythme le mercato toulousain.

L’utilisation de la data rythme le mercato toulousain. Dans un entretien accordé à 90 Football, Philippe Montanier s’exprime sur l’outil innovateur et efficace de la direction toulousaine : “La data, je n’y suis pour pas grand-chose car je ne le gère pas directement. Damien Comolli est le spécialiste de cette base de données et surtout, nos actionnaires principaux sont la référence en la matière dans tous les sports aux Etats-Unis. Je suis l’entraîneur et je n’ai pas peur de ça. Souvent, les entraîneurs veulent tout contrôler, alors que pour ma part je suis plutôt curieux de nouveautés. Je pense qu’on doit évoluer et dans notre milieu, cela évolue énormément. Il faut être ouvert à tout et avoir l’envie de progresser, de se dire “ça, c’est intéressant” et ne pas se dire “j’ai déjà réussi autrement, je ne vois pas pourquoi je continuerai différemment”. Il faut un esprit assez ouvert, et l’élargissement des staffs permet d’apporter d’autres compétences. En tant que manager, je me dois d’orchestrer cela. Je n’hésite pas à me plonger dans l’inconnu car même en cas d’échec, je suis plus riche sur le plan personnel.

La data, c’est une aide. On te donne des profils, puis notre responsable recrutement s’intéresse à la personne, la famille, l’entourage. Parfois on se dit que le joueur est intéressant mais l’homme ne va pas coller avec notre effectif, mais d’autres fois on se dit que cela marche parfaitement. Puis il y a aussi la mixité avec l’expérience. Quand on propose un profil, en connaissant la Ligue 2, on sait comment cela va se passer : quelques fois, on doit privilégier la troisième recommandation plutôt que la première. On a eu des joueurs talentueux avec un super état d’esprit, et cela résulte d’un long travail d’enquête”.