Mercato : Junior Flemmings a déjà été suspendu aux Etats-Unis pour insulte homophobe, sa réaction (vidéo)

Publié le 06 janvier 2022 à 00:00 par JB

La nouvelle recrue du TFC s’appelle Junior Flemmings. Damien Comolli et ses équipes ont déniché cet attaquant, plutôt ailier gauche, en D2 américaine, au sein de l’équipe de Legion de Birmingham. En 2019-2020, l’international Jamaïquain évoluait au Phoenix Rising FC et avait fait parler de lui jusqu’en France à cause d’une insulte homophobe proférée durant un match de championnat. En effet, le 1er octobre 2020, à l’occasion d’un match face au San Diego Loyal, Flemmings a insulté son adversaire. Les coéquipiers du joueur victime ont décidé de quitter le terrain et n’ont pas fini la rencontre alors qu’ils menaient 3-1.

Collin Martin, la victime, avait expliqué ceci à l’issue de la rencontre : “Un échange entre Junior Flemmings et moi a dégénéré au point qu’il me traite de "Bati Boy", ce qui est une insulte homophobe qui peut être traduite par "pédé". Pendant l'arrêt de jeu suivant, j'ai essayé de dire à l'arbitre que j'avais reçu une insulte homophobe, cependant il s'est trompé et a cru que je lui disais qu’il était gay - d'où le carton rouge que j’ai reçu par erreur par la suite. Une fois la situation clarifiée avec l'arbitre, et après avoir expliqué au quatrième arbitre et à mon entraîneur ce qui s'était passé, Flemmings est venu me dire qu'il était au courant de ma "situation" (je suis homosexuel) et qu'il ne m'avait pas insulté. À ce stade, il est clair pour moi qu'il faisait marche arrière et tentait de nier ce qu'il avait dit. Pourquoi me dirait-il cette insulte s'il savait que j'étais gay ?”.

De son côté, Flemmings avait déclaré : “À aucun moment je n'ai prononcé d'insulte homophobe. Je ne connais pas Collin personnellement, mais je respecte tous mes adversaires de la même manière, Collin inclus. Je suis déçu par les accusations de San Diego [...] J'ai été malmené et ridiculisé sans pouvoir de me défendre.

Une enquête avait ensuite été menée avec onze interviews de joueurs, entraîneurs et officiels de cette rencontre. Et le verdict a été clair : six matchs de suspension pour Junior Flemmings et une amende (montant non révélé). Le joueur n’avait pas pu prendre part aux play-offs de la deuxième division américaine. Son club avait réagi de la manière suivante par le biais d’un communiqué : “Phoenix Rising accepte et soutient les résultats de cette enquête. Ces actions ne pourraient pas être plus contraires aux valeurs fondamentales de notre organisation, et nous nous excusons auprès de tous ceux qui ont été touchés.” Quelques semaines plus tard, Flemmings a changé de club. “Nous croyons que la deuxième chance offre des possibilités de croissance” avaient déclaré les éducateurs du Birmingham Legion FC au moment de sa signature. Le joueur s'était également excusé. Depuis, en 2021, l’attaquant n'a plus fait de vague et n'a écopé que d'un petit carton jaune. Lynché sur les réseaux sociaux suite à cet événement, il a décidé de quitter Twitter et a passé son compte Instagram en privé.

Lors de sa signature du côté du Stadium, Flemmings a fait allusion à cet épisode : “C'est un rêve qui se réalise, pour moi, de jouer en Europe. (…) J'ai hâte de découvrir tout ça et continuer d'avancer professionnellement et personnellement, après avoir parfois connu des moments plus compliqués dans ma carrière, qui ont pu heurter ou avoir des répercussions.

Nos derniers articles