Les souvenirs de Pantxi Sirieix au TFC

Publié le 20 mai 2017 à 13:16 par LesViolets

Le jour J est arrivé. Treize ans après son arrivée au TFC, Pantxi Sirieix va prendre se retraite sportive. Avant le coup d'envoi du match contre Dijon, voici son interview sur LesViolets.Com.

Sa retraite sportive
''Il y a un temps pour tout. J'ai de la chance d'avoir eu cette magnifique carrière, dont j'ai bien profité. Je suis content de finir car cette saison a été difficile personnellement. La boucle est bouclée ! Je suis content aussi de finir, c'était compliqué cette année. Je remercie Pascal (Dupraz) de m'avoir permis de faire une saison supplémentaire, je devais arrêter l'an dernier, il avait insisté…
Il y a des joueurs qui auraient aimé rester là, mais pour qui cela ne s'est pas fait. Moi, j'ai eu la chance d'avoir toujours eu la confiance du président : il a toujours insisté pour que je reste quand certains voulaient se séparer de moi. Donc avec cette marque de confiance, j'ai constamment eu envie de faire les efforts. C'est aussi les supporters qui m'ont montré leur confiance, et leur respect a a compté à mes yeux.''

Son avenir
"Je reste au club. Je ne me pose ainsi pas la question de ce que je vais faire demain. Je dois voir le Président prochainement pour préciser mon rôle."

Ses entraîneurs au TFC
"Mombaerts, c'est lui qui m'a fait venir. Sincèrement, je n'ai pas eu trop d'atomes crochus avec lui.
Baup, j'ai adoré. C'était un homme à poigne et un entraîneur de caractère. Il nous faisait haïr la défaite. Lorsqu'on perdait, on n'avait pas envie de venir au Stadium le lendemain, on savait qu'on allait passer un sale quart d'heure. J'ai aimé ce type de management.
Casanova, il y a eu des hauts et des bas. Je le respecte beaucoup. C'était un très grand travailleur qui ne laisse rien au hasard. Mais, sur la fin, avec un jeu de possession, j'ai moins joué.
Arribagé a sauvé le club sur sa première saison. On lui doit une fière chandelle. Le métier d'entraîneur est très difficile, et il n'avait peut-être pas toutes les ficelles pour réussir."

Les meilleurs joueurs du TFC
"Stéphane Dalmat que j'ai connu quand je suis arrivé. Il était énorme. Etienne Capoue était le plus doué. Dédé Gignac et Bryan Bergougnoux étaient de vrais ambianceurs, on avait un sacré vestiaire."

Son meilleur souvenir
"Angers ce fut l'apothéose, mais les deux mois qui ont précédé le sauvetage furent fabuleux. C'était une belle aventure humaine. J'avais l'impression de faire un retour en arrière de 20 ans où les valeurs du collectif primaient. Pascal (Dupraz) a réussi à nous faire croire que c'était possible. Il était le capitaine à bord qui maîtrisait tout et a réussi son pari. C’était bien plus fort que la victoire contre Bordeaux pour la qualification en Ligue des Champions."

Son pire souvenir
"La défaite face à Guingamp en demi-finale de Coupe de France en 2009 (1-2). On se voyait déjà au Stade de France. J'ai une image en tête : celle de notre intendant Jacqui (Teulières, ndlr) en pleurs…"

Nos derniers articles