Les cinq dates de Pascal Dupraz au TFC

Publié le 25 janvier 2018 à 00:00 par Boris Daube

En presque deux ans au Toulouse Football Club, Pascal Dupraz aura connu toutes les émotions, reçu lauriers et violentes critiques de la part des supporters. Retour sur ses cinq dates à la tête des Violets dont l’une restera, à tout jamais, gravée dans les mémoires.

1er mars 2016

C’est officiel, Pascal Dupraz est le nouvel entraîneur du TéFéCé. Le technicien savoyard est l’élu d’Olivier Sadran pour sauver un club promis au bourbier de la Ligue 2. Les journalistes se frottent les mains en vue de conférences animées. Les supporters, eux, se réjouissent de pouvoir enfin assister aux entraînements de leurs protégés et ce, quel que soit le jour de la semaine ou la situation au classement. Une sorte de symbiose est en train de s’installer entre le club et son nouveau coach. Pendant que le Tèf sort de l’anonymat dans les médias, il retrouve de la cohérence sur le terrain. Les joueurs sont soudainement animés d’une envie débordante, immédiatement récompensée par de bons résultats. L’électrochoc a fonctionné, la remontada est en marche.

14 mai 2016

Au petit matin de cette 38e journée de Ligue 1, le TFC n’est plus relégable. Après une victoire importantissime contre Troyes, offerte par un petit génie argentin lui aussi ressuscité - pas besoin de le nommer, vous voyez de qui on veut parler - les Violets ont leur destin entre leurs pieds. Mais il reste un dernier obstacle sur la route des Pitchouns. Ou plutôt deux. Angers et l’OL. Le club de Jean-Michel Aulas ayant décidé de terminer en roue libre à Reims, principal concurrent du TFC dans la course au maintien, les hommes de Dupraz sont condamnés à vaincre le SCO pour parachever leur remontada. Au terme d’un scénario fou, à l’image de l’exercice 2015-2016, les Violets assurent leur survie grâce à un coaching gagnant de… Pascal Dupraz. La rentrée de Bodiger, c’était son idée. La causerie d’avant-match, c’était son œuvre.

14 octobre 2016

Cinq mois jour pour jour après avoir réalisé l’impensable, le Tèf surfe toujours sur la vague de son exploit. Après un carton dans le derby de la Garonne, 4-1, une victoire éclatante 2-0 contre le PSG qui n’avait plus perdu au Stadium depuis sept ans, les Téfécistes s’offrent, en ce 14 octobre, le scalpe du futur champion : Monaco. Au terme d’un scénario, là encore, assez fou puisque les Violets étaient menés à la mi-temps, avant d’inscrire trois buts dans le second acte, dont un sublime, conclusion d’un habile jeu de passes entre Braithwaite et Trejo. Cela reste, aujourd’hui encore, le dernier match référence du TFC version Dupraz. Les joueurs étaient au zénith de leur confiance, le club au sommet de sa courbe ascendante. Le reste de la saison n’a été qu’une succession de purges et de résultats en dents de scie.

18 novembre 2017

Dans la continuité de son millésime précédent, le TFC réalise des premiers mois timides, pour ne pas dire décevants. L’absence de progrès dans le jeu comme dans les individualités, agace. Les recrues n’apportent aucune satisfaction. Mais le club de la Ville rose n’est pas non plus en danger au moment d’affronter la lanterne rouge du championnat : le FC Metz. Pour preuve, en cas de victoire, les Violets retrouveraient la première moitié du classement. On se dit même que c’est quasiment acquis, lorsque les Grenats se voient réduits à dix, dès la 23e minute de jeu. C’était sans compter sur la panne sèche d’imagination des Toulousains, incapables de trouver la faille, en supériorité numérique et face à une équipe lorraine au fond du trou. 0-0, deux points de perdus et le début d’une longe dégringolade au classement, jusqu’à la dix-neuvième place.

22 janvier 2018

Au surlendemain de sa 13ème défaite de la saison (toutes compétitions confondues), le superstitieux Pascal Dupraz est limogé du TFC. A un moment où le club est de nouveau dans une position délicate - certes moins largué qu’il y a deux ans - et les joueurs à leur plus bas niveau technique et tactique. Tout s’est déconstruit, décousu. Après l’euphorie pas si lointaine du maintien, le TFC vit des heures sombres de son histoire. Cette histoire, Pascal Dupraz l’aura marquée à sa façon, avec sa personnalité, ses qualités et ses défauts. Le divorce était inéluctable, pourvu qu’il se passe en bons termes. Et que chacun, de son côté, se dirige vers des jours sportifs plus heureux.

Nos derniers articles