logo lesviolets.com
croix occitane
Ligue 1 : l'OL gagne contre l'ACA, découvrez le programme de la première journée
Les 5 choses que l'on espère voir au TFC cette saison

À 24 heures du retour du Téfécé dans l’élite du foot français, la rédaction du site LesViolets.Com dresse ses cinq souhaits...

À 24 heures du retour du Téfécé dans l’élite du football français, la rédaction du site LesViolets.Com dresse ses cinq souhaits pour une saison qui s’annonce brûlante sur tous les plans. Sportif, avec le couperet des quatre descentes. Populaire, avec une ferveur retrouvée au Stadium. Économique, aussi, avec une fin de mercato qui dira beaucoup des ambitions violettes.

Un maintien serein

C’est évidemment le souhait le plus évident, mais aussi le plus crucial. À l’aune de la reprise de la Ligue 1, et malgré une saison passée à marcher sur tous les concurrents de Ligue 2, le TFC devrait batailler pour son maintien. Les quatre descentes, qui feront de l’élite un championnat à 18 écuries l’an prochain, font figure d’épouvantail. Et près d’une équipe sur deux peuvent se sentir menacées. Toulouse n’évitera pas cela, et les rencontres seront plus âpres que l’an dernier. Se préparer à rejouer le maintien est aussi un travail psychologique à accepter pour les joueurs et les supporters. Mais les Violets ont les armes (surtout si Damien Comolli accélère le recrutement) pour ne pas trop trembler. Surfer sur la dynamique sportive exceptionnelle, prendre les points face aux concurrents directs et faire du Stadium un havre de points.

Un Stadium en feu

Les ambiances exceptionnelles contre Sochaux, Paris, Niort ou encore Nîmes sont toujours dans les esprits des supporters toulousains. De l’accueil de bus aux chants effrénés pendant la rencontre en passant par un tifo hors-normes : le rituel des grosses rencontres de Ligue 2 avait de quoi faire rougir bon nombre de stades en Ligue 1. Cette ferveur ne doit pas s’estomper, surtout pas dans une saison où les résultats s’annoncent plus incertains en raison de l’adversité - au contraire. Que tout le monde ramène un +1 au Stadium, que les discussions familiales tournent autour du TFC, que les plus de 10 000 abonnés soient fiers de leurs couleurs. Et nul doute que les joueurs iront chercher des buts et des points grâce à nous.

Conserver les Pitchouns au cœur du projet

Manu Koné, Amine Adli, Janis Antiste, Bafodé Diakité, Anthony Rouault, Nathan Ngoumou, Moussa Diarra… Ces deux dernières saisons, les Pitchouns ont été centraux dans la reconquête du TFC. Les trois premiers cités sont déjà partis depuis une saison, le quatrième vient de rejoindre le LOSC et le dernier ne part pas vraiment dans une position de force avant cette saison. Seuls Rouault et Ngoumou devraient figurer, en tout cas au départ du championnat, dans le Onze de Philippe Montanier. Le recrutement étant particulièrement exotique depuis l’ère RedBird, il sera crucial de ne pas laisser la formation de côté avec cette montée. Et, toujours, penser aux jeunes du Centre qui poussent pour obtenir leur place dans le groupe. Farès Chaïbi en est le parfait exemple : auteur d’une présaison étincelante, il pourrait démarrer contre Nice, dimanche. On espère voir les Keben, Touzghar ou autres Mawissa éclorent tranquillement avant de rejoindre les A dans quelques mois sans être barrés.

Voir Thijs Dallinga exploser les compteurs

Personne (peu, allez) ne le connaissait il y a un mois : il est désormais attendu avec une hype non dissimulée sur les réseaux sociaux. Thijs Dallinga, 22 ans, sort d’une saison stratosphérique en D2 néerlandaise, et figurait dans les petits papiers des scouts les plus avisés. Il n’est évidemment pas passé à travers les radars de la data toulousaine : le Néerlandais s’est engagé contre un joli chèque - le plus gros de RedBird - de 2,5 millions d’euros. Le nouveau numéro 27 aura la très lourde tâche de porter l’attaque toulousaine en Ligue 1, puisque le club semble compter très modérément sur Rhys Healey. La pression est grande, les attentes nombreuses, mais le talent immense, nous dit-on. C’est pour ces raisons que son nom figure dans la plupart des papiers d’avant-saison qui prédisent les joueurs - encore peu réputés - à suivre de très près. En ouvrant son compteur face à Nice dimanche, Dallinga a tout pour devenir la nouvelle coqueluche du Stadium.

Prolonger Branco, Stijn et offrir une belle sortie à Rhys

Au 5 août, Branco Van den Boomen est toujours un joueur du TFC. Et c’est une petite victoire, déjà, tant on nous avait prédit les assauts inlassables durant l’intersaison. Courtisé, VDB l’est assurément. Mais sa volonté, sincère, est de poursuivre à Toulouse. Pas à n’importe quel prix, bien entendu, et le numéro 8 violet avait été très honnête sur le sujet. Ces dernières semaines, la confiance était de mise dans les coulisses quant à la prolongation du meilleur joueur de Ligue 2 la saison dernière. Un vent d’optimisme qui n’est pas le même pour Stijn Spierings. Après une proposition jugée dérisoire, l’ancien du Levski Sofia s’est vu un temps quitter l’île du Ramier. Puis la préparation a suivi son cours, et Philippe Montanier continue d’en faire l’un de ses hommes de base. Le numéro 17 veut, lui aussi, poursuivre sous nos couleurs. À Damien Comolli de faire le nécessaire : des joueurs performants, qui aiment le club, et qui sont aimés du public, ça ne court pas les rues. En revanche, l’histoire de Rhys Healey avec le TFC semble toucher à sa fin. Pas retenu - c’est un euphémisme - par le président, l’Anglais aurait pu partir depuis un moment cet été, mais une blessure est venue freiner les sollicitations. Quoi qu’il advienne, et malgré les doutes qui existent sur sa capacité à performer en Ligue 1, Rhys Healey mérite une sortie digne de ce nom. Meilleur buteur l’an dernier, chouchou de bon nombre de supporters et avec une chanson à son nom : “King” Healey mérite les applaudissements de tout un stade, et un départ apaisé avec le sentiment du devoir accompli.