La rupture de contrat, une spécialité toulousaine sous Damien Comolli

Publié le 25 janvier 2022 à 14:43 par JB

Pour le moment, le TFC a enregistré quatre mouvements durant ce mercato d’hiver : une arrivée et trois départs. Avec un point commun pour les trois joueurs qui ont quitté le navire, Agustin Rogel, Ruben Gabrielsen et Stéphane Zobo : une rupture de contrat. Un joueur de football étant lié par un CDD sportif, un accord entre l’employeur et le salarié pour y mettre fin. Selon les récents communiqués du club, cela a toujours été le cas.

L’été dernier, Damien Comolli avait également fait de même pour Wesley Saïd et Efthymios Koulouris. Un tel procédé fait que le TFC ne touche aucune indemnité de transfert lorsque le joueur signe dans une nouvelle équipe. Pourtant, les cotes de ces joueurs sont intéressantes (1,2 million en juin 2021 pour Koulouris, 1,50M pour Saïd et même 2,30M actuellement pour Agustin Rogel sur Transfermarkt).

Sauf que ces montants sont donnés à titre indicatif et le marché reste particulier en ces temps de crise. En se séparant d’eux immédiatement, Comolli a l’assurance de ne pas conserver des joueurs aux salaires XXL. La masse salariale reste dans les clous et les transferts de Manu Koné, Amine Adli, Janis Antiste, Deiver Machado ou encore Kelvin Amian font pencher la balance du bon côté. “Depuis que nous avons pris les commandes du club, nous avons généré un excédent net très significatif sur les transferts. Toulouse est un superbe investissement, un superbe partenariat” avait indiqué Gerry Cardinale, le patron de RedBird, actionnaire principal du TFC, dans une récente interview (lire ci-dessous).

Nos derniers articles