La Lettre du Violet : "Cher Tef..."

Publié le 24 décembre 2021 à 12:56 par Jef

La rédaction du site LesViolets.Com souhaite absolument vous donner la parole. Au quotidien, nous vous proposons de publier VOS articles en Une du site dans notre rubrique "La Lettre du Violet". Voici une nouvelle lettre, signée Jef :

"Cher Tef,

Tu as célébré il y a peu 80 printemps
Tu m’as donc eu pour tes 40 ans
Clinique du Parc, proche du Stadium
Près de son fief, on devient un homme

La moitié de ta vie à tes côtés
J’en ai des choses à te raconter...

J’ai tutoyé les abîmes
J’ai vouvoyé les cimes
Des bas-fonds du National
Vers un destin continental

Perdre en jeunes face à toi était le credo
Je n’ai jamais revêtu ta tunique
Pourtant j’en ai pléthore de tes maillots
Tous portés, ma prunelle, ils sont uniques

Des anciens joueurs amis m’ont relaté des anecdotes.
Je connais tout de tes secrets, mais de l’addiction jamais trouvé l’antidote.

Enfant, sortir de table et se précipiter
Aller dans la voiture pour à la radio écouter
Le match du samedi soir de mon Téfécé
Mon chat s’appelait « Tef » il m’y accompagnait.

La pandémie a mis en avant la pire des saisons
Mais je commence à te connaître, le cœur revient après la déraison.
Cette ferveur retrouvée,
Toulouse est parfois ensommeillée.
Mais terre de foot, j’en suis persuadé
Cette saison est là pour nous le rappeler.

Ce Stadium, le théâtre de mes rêves éveillés
De cauchemars parfois difficiles à évacuer
Même le grand Diego y a succombé
Stopyra, DD, Johann, Wissem m’y ont enchanté

Je te rassure, tu m’y as aussi infligé
Une raclée en pupille en lever de rideau
Heureusement, Debève avait égalisé face à Sainté
Après que Bell nous a soutenu adossé au poteau.
C’était il y a 30 ans, ça reste gravé
La photo avec cet éclairage qui était si mauvais.

Je dois aussi t’avouer que des TFC-Laval je les ai passés
Dans la coursive sous le terrain à disputer
Des matchs de légende à l’enjeu décuplé
Martyrisant les ballons Lavazza trop vite dégonflés

Grâce à toi en 93 un soir de mai
La Coupe d’Europe aux grandes oreilles, j’ai pu toucher
Mais je n’ai d’yeux que pour toi et tu le sais
Et 3-1 Marseille ce soir-là avait été terrassé.

Je pourrai écrire sur toi toute la nuit
Expliquer l’inexplicable, cette folie
Ou mon amour éternel pour Ruben Rossi
Que je préfère à Beto ou Tarantini

De Charleville à Liverpool
De tragédie en chair de poule
J’ai toujours vibré
Dans le bon comme dans le mauvais
Ma plus belle fierté reste l’après

Cette transmission à mon fils déjà violet
Sa première émotion se nomme Angers
Le bonheur est encore meilleur partagé
Cette passion en héritage

« Allez le Tef » notre seul adage !"

Vous pouvez nous envoyer votre lettre en utilisant notre email : alleztfccom@gmail.com

Nos derniers articles