La Lettre du Violet : "Bonjour Christophe..."

Publié le 08 mai 2021 à 17:24 par Rémi

La rédaction du site LesViolets.Com souhaite absolument vous donner la parole. Au quotidien, nous vous proposons de publier VOS articles en Une du site dans notre rubrique "La Lettre du Violet". Voici une nouvelle lettre, signée Rémi :

"Bonjour Christophe,

Que le temps passe vite, il fuse comme les tirs que tu étais capable de bloquer, dévier. Je me rappelle encore de cet article poignant où nous supporters désarmés par la descente aux enfers en National, tu avais accepté de réduire de plus de la moitié ton salaire pour encadrer les jeunes du club (Giresse, Taider, Cardy...). Ou encore de ton choix motivé par la santé de ta fille que tu faisais passer avant ta carrière aux portes de l'équipe de France.
Alors que tout le monde avait quitté le navire, toi en bon capitaine, tu étais resté pour faire face avec nous dans le dur. Tout un symbole, les dirigeants avaient crevé le club, mais c'est toi sur le terrain qui a fait survivre le foot dans le cœur des Toulousains. Les valeurs humaines face à la finance, vainqueur par KO Christophe Revault. Pour cela, il me semble que je peux m'avancer en disant que chaque supporter violet ressentira de la gratitude envers toi à vie.

Car nous avons toujours aimé l'homme autant que le gardien qui lui était tout aussi héroïque sur le terrain. Un vrai fer de lance, fort sur sa ligne, un chat dans les airs, un artiste au grand cœur... Je me souviens de toi en National face à Pau où nous avions gagné 2-1 après un match compliqué pour l'équipe où tu avais montré l'étendue de ton talent ; à la sortie du stade on se disait tous franchement qu'on avait de la chance de l'avoir.

Pareil en Ligue 2 et pour notre retour en Ligue 1 car tu étais un monstre, une gueule, un leader au grand cœur. On a souvent adoubé Elmander ou Ben Yedder, aimé Batlles ou Arribagé (joueur), apprécié les exploits d'Emana, la vista d'un Didot ou encore la Grinta d'un Dieuze ou l'efficacité de Fauré, mais jamais personne ne t'a remplacé. Je n'ai même jamais compris comment on avait pu, suite à ta blessure au genou, te laisser partir (au profit de Douchez très bon), car moi comme d'autres nous aurions tant aimé que tu restes encore quelques années de plus.

Certes, je ne te connais pas personnellement, mais tu corresponds à ce que l'on aime dans le football, ces valeurs collectives de don de soi, de celui qui se sacrifie pour l'équipe, celui qui rassure, celui qui fait défaillir par sa posture et son charisme l'adversaire, celui qui va au duel, le talent pur, le bosseur, l'exemple dont on a besoin dans une équipe, le repère sur lequel on peut toujours compter et un homme fidèle au poste ; celui qui plie, mais ne rompt pas.
J'aimais avec mes potes créer des blagues à la Chuck Norris avec ton nom à toi. Du genre "Revault il fait peur à la peur", ou bien "certaines personnes portent un pyjama de superman, mais superman porte un pyjama Revault", ou "face à Ronaldo, Revault arrête les tirs d'une main"... Qu'est-ce qu'on a pu rire. On a dû en faire une ou deux avec la faucheuse, mais malheureusement, tu n'étais pas invincible.

Ton départ m'attriste et c'est avec le cœur lourd que je me suis couché hier soir en pensant à toi et tes proches. Par cet hommage, j'avais envie de dire un grand merci à toi Monsieur Revault pour m'avoir fait vibrer devant les matchs de fou que tu sortais. Merci de nous avoir fait rêver, merci pour ces quelques mots que tu n'oubliais jamais de nous dire au Stadium, ou ailleurs, pour nous remercier d'être présents. Tu nous aimais, on le sentait et on savait te le rendre en te chantant « Christophe Revault ».
Un supporter.

Vous pouvez nous envoyer votre lettre en utilisant notre email : alleztfccom@gmail.com

Nos derniers articles