L'analyse tactique du troisième but : Grenoble bête blessée, achevée par les Violets

Publié le 19 septembre 2021 à 14:05 par Cédric Polizzi

Ce samedi, tous les supporters ont pu voir à quel point Toulouse était au-dessus de son adversaire. Au-delà de la qualité technique, de la supériorité physique, les Grenoblois ont semble-t-il perdu l’envie. A l’inverse, les coéquipiers de Dejaegere ont marché sur l’eau en inscrivant quatre buts dans le jeu. Le troisième est un exemple parfait de cette situation. Les éléments en bleu vous invitent à observer un détail, les flèches en jaune indiquent une passe, et les flèches en noir montrent un déplacement.

Ici, on vous invite à regarder en premier lieu les cercles bleus. Les attaquants grenoblois reviennent en marchant et ne font pas l’effort de se replier. Les milieux de terrains sont tous les trois arrêtés et se contentent de regarder Spierings, quand tous les Toulousains sont en mouvement. Genreau (flèche bleue) est d’ailleurs absolument seul dans l’intervalle derrière Bambock. Spierings a un large champ pour ajuster sa passe vers Sylla dans l’intervalle. A ce niveau-là, et avec la qualité de passe d’un joueur comme celui-ci, ça peut faire mal.

Sylla reçoit le ballon de Spierings et a un véritable boulevard devant lui. Genreau (en retrait sur les trois attaquants violets) est absolument seul. Abdallah, le latéral gauche grenoblois, ne sort pas sur Sylla et cela va avoir son importance. Tous les Isérois défendent en reculant, le marquage est laxiste, et à l’inverse, les courses violettes sont tranchantes, vers l’avant.

Sylla continue de déborder et va venir servir Dejaegere dans l’espace. Abdallah est toujours aussi loin du Guinéen, et ne sert donc à rien, si ce n'est à faire le plot. Sylvestre-Brac, défenseur central droit de l’arrière-garde grenobloise, est lui à l’arrêt. On va, par la suite, se retrouver avec quatre joueurs absolument seuls dans la surface adverse. A ce niveau-là, c’est surréaliste. Sans compter que les milieux de terrains, à l’arrêt au départ de l’action, sont toujours en retard pour défendre.

Maintenant, observez la place qu’a Dejaegere pour centrer. La flèche bleue, qui montre à la fois Abdallah et Sylvestre-Brac, pointe le laxisme criant à propos du marquage. Le cercle bleu vous invite à observer qu’on est en situation de trois contre trois, et TOUS les attaquants sont seuls ! Sylla, en retrait, est tout aussi disponible et libre de tout marquage.

On est sur la fin de l’action, Ado marque dans le but vide. Les chiffres 1,2,3 et 4 vous montrent que les quatre joueurs dans la surface (sans compter Dejaegere) sont seuls. Aucun marquage, aucune envie de défendre. Un coup de massue au retour des vestiaires. Brice Maubleu n’est pas non plus exempt de tout reproche après un manque d’anticipation. Bref, du début de l’action à sa conclusion, les Grenoblois ont tout fait à l’envers. Spierings a eu le temps de s’appliquer à la relance, Sylla avait tout le couloir de libre, Dejaegere avait tout son temps et la place de centrer, et Ado était tout seul pour conclure. La différence de dynamique est criante, mais il ne faut pas non plus oublier le travail des Toulousains. De la vivacité, de la qualité technique, des déplacements tranchants, et une réelle volonté d’enfoncer son adversaire. En somme, le TFC que l’on aime !

Nos derniers articles