L'analyse tactique des deux premiers buts du TFC encaissés à Lille (ils représentent bien la saison)

Publié le 24 février 2020 à 13:10 par Cédric Polizzi


Les Toulousains se déplaçaient ce samedi à Lille pour la 26ème journée de Ligue 1. Si vous n’avez pas pu voir le match, voici une analyse qui vous servira de rattrapage. Suite à cette nouvelle défaite 3-0 au stade Pierre Mauroy, La rédaction du site LesViolets.Com a décidé de se focaliser sur les deux premiers buts encaissés.

On joue la première minute de jeu lorsque Loïc Rémy va ouvrir le score d’une frappe sous la barre. En amont de ce dernier, Goicoechea envoie son dégagement sur Sylla qui perd son duel à la tête avec le défenseur. C’est alors qu’Ikone prend le dessus le long de la touche sur Isimat-Mirin, complètement passif sur ce duel. Par conséquent, un espace s’est ouvert, car Sylla n’assure plus son couloir, Isimat-Mirin n’assure plus l’axe. C’est donc Sangaré qui se repositionne pour combler l’espace laissé par ce dernier, mais Koné et Vainqueur étant en retard, et l’alignement de la défense pour le hors-jeu étant très mauvais, on se retrouve avec Bamba (en haut de la photo), et Rémy seuls à l’entrée de la surface. Et Osimhen, toujours en jeu, reste une menace grâce au mauvais alignement de l’arrière-garde toulousaine.

Les minutes se suivent et se ressemblent avec très peu de mouvements de la part de l’équipe, qui n’était clairement pas venue chercher une victoire samedi. À la 39ème minute, arrive alors le deuxième but. À l’image du précédent, il contient les mêmes caractéristiques : pertes de duels, mauvaise communication et mauvais placements.

Sur cette phase de jeu, Bamba déborde sur le côté gauche comme dans du beurre avant de servir Bradaric pour un centre devant le but conclu par Loïc Rémy.
Ici, Wesley Saïd est pris trop facilement dans son dos, et Diakité n’anticipe pas la passe de Bamba dans l’intervalle. De plus, Rogel n’est pas au marquage sur Osimhen, et c’est Isimat-Mirin qui l’est. Cela crée un décalage sur le marquage et le positionnement de la défense. Mais comme Sylla (hors photo) n’est pas au marquage non plus sur Rémy, il pourra scorer sans adversité. À noter qu’Ikoné est également seul au second poteau.
Autre fait important sur cette arrêt photo, c’est la passivité flagrante de William Vainqueur qui marche en regardant l’action se dérouler et à aucun moment ne va courir aider ses coéquipiers.

Ses deux buts sont symptomatiques du TFC version 2019-2020, avec un manque d’envie et de communication. Certains joueurs semblent résignés et ont l’air d’avoir abandonné le navire. Les déclarations d’après-match de Max Gradel ne vont pas contredire cela.
La suite du match sera un long chemin de croix avec un troisième but encaissé sur une relance (incompréhensible) plein axe de Goicoechea.

En résumé, avec son 4-4-2 Galtier a fait très mal aux Toulousains en manque criant de confiance. Pour répondre à cela, Zanko avait privilégié un 4-5-1 compact pour défendre, puis contrer, mais l’équipe n’a joué aucun coup à fond et s’est contenté de renvoyer la balle devant pour Leya Iseka absolument seul. La stat terrible à retenir, c’est que sur les six derniers matchs toutes compétitions confondues, le TFC en est à 0 but marqué, 10 encaissés. Les hommes mentent, pas les chiffres.

Nos derniers articles