Koné : "Faire remonter le club avant de partir"

Publié le 20 February 2021 à 17:20 par Christophe Canard

À l'occasion de la conférence précédent le match face à Rodez, Manu Koné s'est présenté face aux journalistes.

Le match face à Ajaccio et l’esprit de groupe

"On avait un peu mal débuté le match, mais je pense que nos entrées en jeu ont beaucoup apporté, et c’est ce qui fait la force du groupe et de l’équipe. Il n’y a pas de jalousie, de comparaison, tout le monde est au même niveau, les anciens comme les jeunes. Tout le monde est pote, tout le monde est solidaire. Quand on doit travailler, on travaille, quand on doit rigoler, on rigole, on fait la part des choses. Sur le terrain, c’est ce qui se ressent le plus. Tout le monde reste concerné et je crois qu’on a tous bien répondu présent sur ce match."

Sa relation avec Amine Adli

"En fait avec Amine, c’est une longue histoire. On a été formé ensemble au centre, on a fait toutes nos classes ensemble, et depuis qu’on se connaît, on s’entend très bien, que ce soit en dehors ou sur le terrain, où on arrive très bien à se trouver dans cette connexion, c’est pour ça qu’on s’appelle la 5G. On se trouve facilement et quand je suis rentré, je savais qu’il allait faire cet appel, qu’il court vite et qu’il allait marquer."

Le turnover : un coup remplaçant, un coup capitaine

"Chaque joueur a toujours envie de jouer tous les matchs, c’est évident. Maintenant, il y a une bonne concurrence au sein du groupe, tout le monde est concerné. Moi, je suis un jeune joueur, il ne faut pas l’oublier, je suis encore dans l’apprentissage. Aujourd’hui, je ne joue pas, mais si le coach me met même 10 minutes, je jouerais toujours à fond, toujours dans l’idée d’aider l’équipe au maximum. Face à Bordeaux, le fait d’être capitaine, c’était une énorme fierté, que ce soit pour le centre de formation, pour moi, pour le club, pour tout le monde. Je n’ai pas changé ma routine individuelle, mais j’ai essayé de motiver le groupe, parce que ça restait un match important de coupe avec une élimination au bout. Je l’ai fait avec d’autres joueurs comme Moussa Diarra qui était notre capitaine au centre de formation. On a su motiver cette équipe et on a répondu présent, on a gagné, on est très content. On se concentre sur le prochain tour."

L’apport des joueurs expérimentés (Dejaegere, Spierings, VDB) et ses axes de progression

"Quand je ne jouais pas trop, j’ai pris du recul et j’ai regardé ce qu’ils faisaient sur le terrain. Je regarde et j’apprends. Et quand je rentre sur le terrain, je fais avec mes qualités mais aussi en fonction d’eux. Ils m’ont beaucoup apporté sur le placement, notamment entre les lignes pour qu’on me trouve dos au jeu, parce qu’avec mes qualités, j’ai la facilité de me retourner avec mon corps. Ils m’ont dit comment m’orienter pour repartir offensivement, et surtout pour être décisif parce qu’eux le sont. Mes qualités, c’est la percussion, mais je sais aussi jouer simple, j’essaye de varier mon jeu. Là où je dois progresser, c’est sur la concentration, du début à la fin d’un match. Et aussi récupérer beaucoup de ballons, parce que dans mon rôle, c’est très important. J’ai la faculté de jouer 6, comme en sélection, par moment je joue 8 ou 10. Forcément, ça tourne au milieu de terrain, pendant un match je peux me retrouver dans chacune des trois positions. Je n’ai pas de préférence."

Son transfert au Borussia Mönchengladbach

"C’est un très grand club. J’ai été visité les installations, et que ce soit humainement ou autre, j’ai trouvé que c’était un club où je pourrais faire de bonnes choses là-bas, que je pourrais continuer mon apprentissage. Je pense que c’est un bon choix pour moi. Avec ma famille, on s’est réuni, et on a fait ce choix-là et je suis très content. Ca a été une décision difficile, oui et non. Après ça reste un choix. Soit ça passe, soit ça casse. Je n’ai pas peur et je suis très confiant. Mais pour l’instant, je suis ici. C’est un choix de ma part et aussi du club, parce que ça nous tenait à cœur de rester six mois de plus ici pour finir la saison. Et de faire le plus possible sur les derniers matches pour remonter. Que ce soit individuellement ou collectivement, la seule idée, c’est de remonter. Et si on pouvait le faire, ce serait pour moi très beau de partir après être remonté avec mon club. Je serai le plus heureux. Je pense qu’on est sur la bonne voie."

Le match face à Rodez, un derby ?

"On connaît nos qualités, on sait ce qu’on peut faire avec la balle. Je pense que ça va se jouer sur l’envie, la détermination. Ça va être un match compliqué, ils vont nous attendre. Mais je pense qu’on a bien travaillé à l’entraînement. C’est un peu un derby, on se doit de le gagner pour notre fierté, mais aussi pour continuer la bonne dynamique de la saison. On les a beaucoup joués en réserve. Ça jouait, il y avait beaucoup de duels. On sentait qu’il y avait de l’émotion. C’était des bons matchs à jouer. On a souvent gagné donc on était content. Et j’espère que ce week-end on, va gagner."

Nos derniers articles